Plan de relance, impôts, contrats aidés… Les trois chantiers économiques du président Macron

Le président français, Emmanuel Macron. [EPA-EFE/YOAN VALAT / POOL]

Le chef de l’État annonce un plan de relance à 100 milliards et le retour des contrats aidés pour les jeunes. Quant aux ménages les plus aisés, ils devraient continuer à payer la taxe d’habitation… Un article de notre partenaire Ouest-France.

Emmanuel Macron a détaillé, dans son entretien du 14 juillet, ses orientations économiques pour les deux dernières années de son quinquennat. Voici les principales annonces.

1. Un plan de relance à 100 milliards

Emmanuel Macron veut relancer l’économie dès la rentrée. Pour cela, il annonce un plan « d’au moins 100 milliards d’euros », en plus des 460 milliards déjà engagés pour faire face au Covid. « Nous pouvons redevenir une grande nation industrielle grâce à l’écologie », résume le chef de l’État. Il cite le logement : « On va mettre beaucoup plus d’argent afin que les ménages, en particulier les plus modestes, puissent rénover leur logement, et ainsi dépenser moins d’énergie. La démarche est à la fois écologique et sociale. »

Cette rénovation énergétique doit aussi concerner les chantiers publics : « Je veux qu’on se lance dans un grand programme de rénovation de nos écoles et de nos Ehpad (maisons de retraite), en lien avec les collectivités », assure le Président. Il est plus évasif concernant la prime à la casse des véhicules polluants : « Je veux un très large programme beaucoup plus simple encore. »

2. Pas de hausse d’impôts mais…

La suppression de la taxe d’habitation pour les plus aisés a du plomb dans l’aile. Rappelons que quatre ménages sur cinq ne paient plus la taxe d’habitation, conformément à l’engagement du candidat Macron.

Pour les 20 % qui continuent à la payer, c’est-à-dire les plus aisés, les parlementaires ont voté fin 2019 la fin progressive de cette taxe à partir de l’an prochain. Mais cette perspective s’éloigne. Ce qu’une loi a fait, une autre peut le défaire… « Une option possible est à la main du gouvernement, avance, sur la pointe des pieds, Emmanuel Macron. Ce serait de décaler un peu pour les plus fortunés d’entre nous la suppression de la taxe d’habitation. »

De quoi maintenir huit milliards dans les caisses de l’État. Presque une goutte d’eau par rapport aux centaines de milliards à financer. « Mais cet effort est légitime en période de crise. » Aucune autre hausse d’impôt n’est envisagée. Pas de rétablissement de l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) par exemple : « La transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière a fait revenir de nombreux investisseurs en France. »

3. Le retour des contrats aidés pour les jeunes

Le chef de l’État dévoile les contours du plan pour l’emploi des jeunes. Il annonce « un dispositif exceptionnel d’exonération de charges pour l’emploi des jeunes jusqu’à 1,6 Smic ». Difficile de dire ce que cela recouvre, dans la mesure où les charges sont déjà très faibles au niveau du Smic. S’agirait-il d’un crédit de cotisations ? À suivre.

Lire la suite sur Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER