Quatrième vague : l’Allemagne envisage de prolonger le soutien aux entreprises jusqu’en mars

S’exprimant vendredi 12 novembre, Peter Altmaier, le ministre intérimaire de l’Economie, a cité les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la hausse des prix de l’énergie parmi les facteurs qui freinent le rebond du pays. EPA-EFE/CLEMENS BILAN / POOL [EPA-EFE/CLEMENS BILAN]

Alors que l’Allemagne lutte contre sa quatrième vague de pandémie de coronavirus, les perspectives pour les prochaines fêtes de fin d’année sont sombres, obligeant le gouvernement à envisager de prolonger l’aide financière aux entreprises en difficulté jusqu’en mars 2022.

L’économie allemande devrait connaître une croissance de 2,6 % en 2021, un rebond modeste par rapport à l’année dernière, où les gouvernements de toute l’Europe avaient imposé des mesures de confinement à leur population afin de contenir la propagation de la pandémie de COVID-19.

S’exprimant vendredi 12 novembre, Peter Altmaier, le ministre intérimaire de l’Economie, a cité les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la hausse des prix de l’énergie parmi les facteurs qui freinent le rebond du pays.

Mais une autre menace se profile à l’horizon : une quatrième vague de Covid-19.

Commentant les perspectives de croissance économique en Europe jeudi 11 novembre, le commissaire européen chargé de l’économie, Paolo Gentiloni, a indiqué qu’une «  augmentation marquée des cas de COVID  » constituait une menace majeure pour l’économie.

Zone euro : confirmation d’un fort regain de croissance au 2e trimestre

L’économie européenne a renoué avec une forte croissance au deuxième trimestre de l’année, profitant des progrès de la vaccination contre la Covid-19 et d’une levée progressive des restrictions sanitaires.

Interrogé par EURACTIV, M. Altmaier a déclaré aux journalistes qu’il était « heureux de chaque 0,1 % de croissance de l’économie », mais qu’il n’était «  pas en mesure de faire des pronostics sur la façon dont les choses vont se dérouler  », alors que décembre se profile à l’horizon et que les taux d’infections continuent d’augmenter.

Les achats des fêtes de fin d’année sont cruciaux pour les résultats de nombreuses entreprises en Allemagne, le mois de décembre étant traditionnellement le plus actif pour les commerçants.

Mais avec un nombre de cas en constante augmentation ces dernières semaines, le taux d’incidence sur sept jours se rapproche désormais rapidement du seuil de 300 (263,7 cas pour 100  000 personnes au 14 novembre), mettant en péril la saison commerciale de Noël.

À la question de savoir si cela aurait un impact sur les performances économiques du pays, M. Altmaier a répondu qu’il n’était pas encore possible de savoir «  dans quelle mesure les consommateurs profiteront de la saison des achats de Noël  ». Il est toutefois resté optimiste quant à la possibilité de le faire si les mesures d’hygiène sont respectées.

M. Altmaier a également annoncé qu’il avait proposé d’étendre l’aide gouvernementale aux entreprises qui luttent contre les effets de la pandémie.

Les entreprises qui voient leur chiffre d’affaires baisser de plus de 30 % peuvent demander une aide au titre des coûts d’exploitation fixes. Le montant généreux de l’aide publique a aidé la plupart des entreprises allemandes à survivre à la pandémie.

S’il n’est pas prolongé, le régime expirera à la fin du mois de décembre 2021. Mais la date butoir de janvier pourrait s’avérer irréaliste au vu du nombre de cas historiquement élevé en Allemagne.

«  J’ai dit clairement que je pense qu’il est logique que nous prolongions une nouvelle fois l’aide aux entreprises  », a expliqué M. Altmaier, précisant que des délibérations étaient en cours concernant sa proposition de prolonger le régime d’aide gouvernementale jusqu’à la fin mars 2022 au sein du gouvernement intérimaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe