Qu’est ce que la fin des frais d’itinérance dans l’UE ?

Le 15 juin prochain, les frais d’itinérance seront abolis pour les consommateurs des 28 États membres de l’UE, après dix années de négociation. Un article d’Euroefe.

Que sont les frais d’itinérance ?

Ce sont les appels téléphoniques, envois de messages et navigation sur Internet réalisés sur un téléphone portable ou autre dispositif depuis un pays différent de celui qui vous a délivré la carte SIM.

Que signifie la fin des frais d’itinérance dans l’Union européenne ?

La nouvelle mesure signifie que les appareils mobiles pourront être utilisés dans d’autres pays européens pour le même prix que dans le pays de résidence, ou à un coût très réduit. Les prix de gros chuteront de 90 % à partir du 15 juin.

Ainsi, tous les voyageurs qui utilisent une carte SIM de l’État membre dans lequel ils habitent pourront utiliser leur portable dans un autre État membre de la même manière que dans leur propre pays.

Les ministres s’accordent sur une fin «durable» des frais d’itinérance

Le Conseil s’est accordé sur une solution pour mettre fin aux frais d’itinérance en 2017 et pour limiter l’impact de cette mesure sur les opérateurs de téléphonie mobile. Les organisations de consommateurs redoutent néanmoins des hausses de prix.

Limites de la règlementation européenne

Les citoyens de l’UE pourront acheter des cartes SIM dans d’autres États membres de l’UE pour appeler et naviguer sur Internet aux tarifs nationaux de la carte.

Cependant, les frais d’itinérance ne seront pas nuls si les utilisateurs ne résident pas dans le pays où ils ont acheté la carte ou s’ils justifient d’une présence régulière ou importante dans ce pays. Cela signifie que les opérateurs pourront pénaliser les consommateurs qui abusent du système de par une utilisation injustifiée ou excessive en dehors de leur pays de résidence habituel.

Fin des frais d'itinérance, une fausse bonne nouvelle ?

Largement présentée comme une victoire pour les consommateurs, la fin programmée des frais d’itinérance au sein de l’Union européenne pourrait malgré tout accoucher d’une hausse des factures. Un article de notre partenaire La Tribune.

Cette règlementation entrainera-t-elle une hausse des tarifs nationaux ?

Depuis que la législation européenne a obligé une réduction des coûts d’itinérance, les tarifs nationaux de téléphonie mobile ont également chuté.

L’accord consiste en un prix de gros maximum fixé à 0,032 euro par minute pour les appels et de 0,01 euro pour les SMS.

Quant aux tarifs des données, la nouvelle loi prévoit une réduction progressive, de 7,7 euros par gigaoctet à partir du 15 juin, à 6 euros à partir du 1er janvier 2018, 4,5 euros en 2019, 3,5 euros en 2030, 3 euros en 2021 et 2,5 euros en 2022.

Comment seront protégées les données personnelles ?

Les fournisseurs de service d’itinérance sont obligés de respecter les règles de protection des données correspondantes. Les opérateurs ne sont autorisés qu’à utiliser l’information qu’ils collectent déjà pour la facturation afin de vérifier, à l’avenir, dans quelle mesure leurs clients utilisent les services téléphoniques et d’Internet à l’étranger, par rapport à la consommation du pays de l’opérateur.

En cas de Brexit, appeler vers le Royaume-Uni pourrait coûter cher

Les frais d’itinérance commenceront à disparaître cette semaine dans l’UE. Mais si les Britanniques quittent l’Union dans deux mois, les appels entre Londres et les autres États membres pourraient devenir très chers.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.