Bucarest approuve un projet de loi visant à interdire à la Chine et à Huawei l’accès aux réseaux 5G

L’Europe est devenue un champ de bataille dans la « guerre froide » technologique qui se joue entre la Chine et Washington. Dans ce contexte, les concurrents européens de Huawei - Ericsson et Nokia - pourraient devenir un duopole de fournisseurs si l’entreprise chinoise était exclue. EPA-EFE/ROBERT GHEMENT [EPA-EFE/ROBERT GHEMENT]

Le gouvernement centriste de la Roumanie a approuvé jeudi (15 avril) un projet de loi soutenu par les États-Unis qui interdit à la Chine et à Huawei de prendre part au développement de son réseau 5G, a déclaré à Reuters une personnalité de haut rang au sein de la commission pour la sécurité nationale.

L’Europe est devenue un champ de bataille dans la « guerre froide » technologique qui se joue entre la Chine et Washington. Dans ce contexte, les concurrents européens de Huawei – Ericsson et Nokia – pourraient devenir un duopole de fournisseurs si l’entreprise chinoise était exclue.

« Le gouvernement vient d’approuver ce projet de loi d’une importance capitale pour la Roumanie, scellant un mémorandum de 2019 signé à Washington, ce qui signifie que la Chine et Huawei sont exclus de tout partenariat éventuel sur la 5G avec l’État roumain », a déclaré Pavel Popescu.

En vertu de ce mémorandum, les deux gouvernements ont déclaré en août 2019 que « dans le cadre d’une approche de sécurité basée sur les risques, une évaluation minutieuse et complète des fournisseurs de 5G est nécessaire. »

La Roumanie était un allié fidèle de Washington avant même de rejoindre l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord en 2004. La Maison-Blanche considère Huawei comme un moyen pour le Parti communiste chinois d’étendre ses opérations de surveillance à travers le globe.

Huawei, qui joue un rôle de premier plan alors que le monde des télécommunications se prépare à la prochaine génération de technologies sans fil, a réfuté à plusieurs reprises avoir pris part à des missions d’espionnage pour le compte de l’État chinois.

Le projet de loi approuvé jeudi reflète le mémorandum des États-Unis et la position du Conseil suprême de la défense de la Roumanie. M. Popescu a indiqué : « La sécurité nationale est un objectif clé, et la protection des données personnelles des générations futures de la Roumanie est cruciale ».

Le projet de loi prévoit que l’évaluation d’un fournisseur doit indiquer si une entreprise est soumise au contrôle d’un gouvernement étranger ; si sa structure de propriété est transparente ; et si elle est soumise à un régime juridique qui applique des pratiques d’entreprise transparentes.

M. Popescu a soutenu que le projet de loi, qui pourrait être approuvé par le Parlement dans les prochaines semaines, est une condition préalable au lancement des appels d’offres 5G en Roumanie au cours du second semestre de l’année 2021.

Subscribe to our newsletters

Subscribe