La Roumanie en panne de fonds pour cofinancer les projets européens

Le président du parti socialiste, Liviu Dragnea, a affirmé que le programme du gouvernement ne prévoyait aucune coupe budgétaire. [PSD/ Flickr]

La ministre roumaine du Développement régional a déploré auprès des maires du pays le manque de fonds pour cofinancer les projets européens. La Roumanie essaye tant bien que mal de maintenir son déficit en dessous des 3 %. Un article d’Euractiv Roumanie.

Sevil Shhaideh a déclaré que son ministère avait proposé un projet de loi afin d’obtenir des prêts du Trésor public. « Le seul problème est que le plafond de prêts au niveau national a déjà été atteint pour cette année », a-t-elle expliqué lors d’une rencontre avec plusieurs maires et membres du gouvernement.

Le président de l’association des maires de Roumanie, Robert Negoiţă, a demandé: « Comment pouvons-nous réaliser les projets européens si nous ne recevons aucune aide? »

Le ministre roumain des Finances, Viorel Ştefan, a cependant garanti aux maires que la situation était « examinée par le Trésor ». Il a ajouté être optimiste quant à de possibles « bonnes nouvelles ».

Le déficit roumain préoccupe Bruxelles

La Roumanie qui a enregistré le meilleur taux de croissance de l’UE l’année dernière, pourrait devenir l’État au déficit budgétaire le plus conséquent de l’Union. Un article d’Euractiv Roumanie.

L’année dernière, l’ancien Premier ministre, Dacian Cioloş, a alloué, par le biais d’une ordonnance d’urgence, 400 millions de lei (environ 88 millions d’euros) à des projets lancés par les autorités locales.

Le 19 mars, le dirigeant du Parti socialiste (DSP), Liviu Dragnea, a indiqué que Viorel Ştefan n’avait aucune raison de s’inquiéter si le programme du gouvernement était suivi à la lettre.

Les commentaires du ministre des Finances, d’après lequel des coupes budgétaires pourraient avoir lieu si la Roumanie dépassait le déficit autorisé par Bruxelles, ont déçu Liviu Dragnea, qui se demande pourquoi les dirigeants envisagent déjà des réductions budgétaires alors que le programme du gouvernement n’est en place que depuis deux mois.

« Si le programme du gouvernement est appliqué point par point, je pense qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Parler de réduction des dépenses en mars me parait un peu précipité. Ce n’est que mon opinion », a ajouté le président du DSP.

«La Roumanie connait une deuxième révolution démocratique»

Les manifestations qui déferlent dans les rues roumaines depuis le 29 janvier ont dégénéré en réelle insurrection sociale, comme il n’y en a plus eu depuis la chute du communisme en Europe de l’Est, en 1989. Un article d’EURACTIV Pologne.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.