Télécoms: Bruxelles veut prolonger de 10 ans la suppression du « roaming » dans l’UE

Selon la Commission, l'utilisation des données mobiles a été multipliée par 17 au cours de l'été 2019, par rapport à l'été 2016, avant la suppression de ces coûts. [UNSPLASH/ROBIN WORRALL]

La Commission européenne a proposé mercredi de prolonger de 10 ans la suppression des frais d’itinérance (ou « roaming« ) entre les pays de l’UE, une mesure effective depuis juin 2017 mais qui doit normalement prendre fin en 2022.

Outre cette prolongation, le règlement présenté par Bruxelles vise à garantir que « les consommateurs pourront bénéficier de la même qualité et de la même vitesse de connexion à leur réseau mobile à l’étranger que chez eux, lorsque des réseaux équivalents sont disponibles« , est-il expliqué dans un communiqué.

Selon l’exécutif européen, 33% des Européens estiment en effet que la vitesse de leur internet mobile est inférieure à celle de leur pays d’origine quand ils sont à l’étranger.

La suppression des frais d’itinérance, l’une des réformes les plus concrètes de ces dernières années pour les consommateurs européens, leur permet depuis juin 2017, pour une durée initiale de cinq ans, d’utiliser leurs forfaits mobiles nationaux dans toute l’UE sans surcoût.

Selon la Commission, l’utilisation des données mobiles a été multipliée par 17 au cours de l’été 2019, par rapport à l’été 2016, avant la suppression de ces coûts.

Appeler en Europe coûtera moins cher en mai 2019

Les opérateurs téléphoniques ne pourront plus facturer plus de 0,19 centimes par minute téléphonique intra-européenne à partir du 1er mai. La fin du roaming a déjà fait bondir les usages des vacanciers.

 

Cette mesure constitue « une pierre angulaire du marché unique qui a fait ses preuves« , s’est félicité le commissaire européen Thierry Breton, cité dans le communiqué.

Elle concerne les 27 Etats membres de l’UE, ainsi que l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège, mais pas le Royaume-Uni, qui a définitivement cessé d’appliquer les règles européennes le 1er janvier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe