TV et paris sportifs : les poids lourds Banijay et Betclic se lancent en Bourse

Le marché mondial des paris sportifs en ligne devrait atteindre annuellement 115 milliards d'euros en 2027, selon des estimations sectorielles. [Shutterstock/janews]

Le magnat français de l’audiovisuel Stéphane Courbit poursuit son ambition mondiale avec l’arrivée le 1er juillet à la Bourse d’Amsterdam de ses groupes Banijay, géant mondial de la télévision, et Betclic, poids lourd européen du pari sportif en ligne.

Si le site de paris sportifs en ligne est bien connu des amateurs, Banijay est derrière le succès de nombreuses émissions et séries à succès telles que Survivor, Versailles, Peaky Blinders, Germinal ou MasterChef.

L’opération s’annonce de taille : la capitalisation boursière de FL Entertainment, future entité formée par les deux groupes, est estimée à 4,1 milliards d’euros, précisent dans un communiqué FL Entertainment et Pegasus Entrepreneurs, aux manettes de l’opération.

Celle-ci s’effectuera donc via Pegasus Entrepreneurs qui est un Spac (véhicule d’investissement) contrôlé par la société d’investissement Tikehau Capital et Financière Agache, holding de la famille de Bernard Arnault, propriétaire de l’empire du luxe LVMH.

Passer par un Spac – une structure lancée pour lever des fonds et entrer sur une place boursière – offre l’avantage d’une procédure moins complexe qu’une entrée en Bourse classique.

Pegasus Entrepreneurs avait ainsi levé 210 millions en décembre dernier.

Coter FL Entertainement en Bourse permettra « de simplifier grandement notre structure capitalistique et de lui donner les moyens d’accélérer sa croissance, avec un apport d’argent frais de l’ordre de 750 millions d’euros », a expliqué François Riahi, directeur général de Financière Lov, holding présidée et détenue majoritairement par Stéphane Courbit.

Financière Lov, qui a investi dans Betclic en 2007 et fondé le groupe Banijay en 2008, a développé les deux entreprises pour former le groupe de divertissement FL Entertainment.

Cette future entité sera dirigée par Stéphane Courbit et par l’ancien banquier François Riahi.

En 15 ans d’existence, Banijay, créé par Stéphane Courbit, est devenu le numéro un mondial de la production de contenus vidéo, détenant l’un des plus vastes catalogues de titres au monde en dehors des mastodontes américains. La société a gagné ses galons mondiaux lorsqu’elle a absorbé en 2020 le géant néerlandais de la production Endemol Shine.

« Projet de croissance »

La « raison principale » de cette opération est « que nous opérons dans des métiers où il y a une consolidation et en particulier dans la production télévisée », où « les clients sont en train de devenir mondiaux », opérateurs de streaming comme « clients traditionnels », a expliqué François Riahi lors d’une conférence de presse.

Un mouvement stratégique « d’autant plus important que le secteur de la production télé est fragmenté puisque nous sommes leader avec seulement 3% de part de marché et que les 10 premiers du marché représentent un peu moins de 15% », a détaillé le dirigeant.

Coté Betclic, « le potentiel de croissance est d’abord organique », compte tenu des « évolutions à la fois technologiques et démographiques » sur le secteur, a-t-il poursuivi.

Le marché mondial des paris sportifs en ligne devrait ainsi atteindre annuellement 115 milliards d’euros en 2027, selon des estimations sectorielles.

FL Entertainment entend donc monter en puissance et vise en 2022 un chiffre d’affaires de 3,8 milliards d’euros en 2022. L’an passé, Banijay a réalisé 2,8 milliards de chiffre d’affaires et Betclic 835 millions d’euros.

« C’est un projet de croissance dans lequel nous accueillons des nouveaux partenaires au sein de FL Entertainment », en plus d’actionnaires minoritaires de Betclic et Banijay qui soutiennent financièrement le projet, a ajouté François Riahi.

Conséquence, sur les 750 millions d’euros ciblés lors de l’entrée en Bourse, « plus de 620 millions d’euros sont déjà acquis aujourd’hui au moment de cette annonce », a ajouté le dirigeant.

Outre Stéphane Courbit qui demeurera l’actionnaire principal du nouveau FL Entertainment avec un peu plus de 46% du capital et 72% des droits de vote, la structure comptera parmi ses actionnaires Vivendi (environ 19%), la Société des bains de mer de Monaco (10%), Fimalac (7%) et De Agostini (5%).

Subscribe to our newsletters

Subscribe