Ukraine : Apple sévit à son tour contre la Russie

Le fabricant d'iPhones a annoncé avoir mis en pause la vente de tous ses produits en Russie. [PlumTree Studio/Shutterstock]

La firme à la pomme a répondu aux appels ukrainiens qui lui demandaient d’arrêter la vente de ses produits sur le sol russe en répercussion à l’invasion de l’Ukraine.

Apple rejoint le mouvement et a annoncé avoir pris plusieurs mesures en réponse à l’invasion de l’Ukraine à la Russie.

Le fabricant d’iPhones a annoncé avoir mis en pause la vente de tous ses produits en Russie. Sur le site russe d’Apple, on peut désormais lire que la boutique en ligne est fermée – la Russie ne compte pas de boutique physique sur son sol. Dans son communiqué, l’entreprise indique qu’elle avait déjà stoppé l’exportation de ses équipements vers le pays depuis la semaine dernière.

L’analyste Gene Munster de la société d’investissement Loup Ventures a estimé, dans les colonnes de NPR, que la Russie représente environ 2 % du chiffre d’affaires mondial d’Apple, soit près de 7 milliards de dollars (un peu plus de 6 milliards d’euros).

Apple avait déjà temporairement cessé ses ventes à l’échelle d’un pays, comme en Turquie fin 2021 en raison de l’effondrement de la monnaie locale.

Cette annonce intervient après que le vice-premier ministre ukrainien, Mykhailo Fedorov, a adressé une lettre ouverte à Tim Cook, le directeur général d’Apple, en l’exhortant à « soutenir le paquet de sanctions du gouvernement américain » et à « faire tout ce qui est possible pour protéger l’Ukraine ».

Apple affirme également avoir « limité » son service de paiement mobile Apple Pay, sans toutefois préciser ce que cela impliquait. L’entreprise a également désactivé certaines fonctionnalités sur son application Apple Maps en Ukraine, comme le report d’incidents en direct, « par mesure de sécurité et de précaution pour les citoyens ukrainiens ».

RT et Sputnik

Anticipant une interdiction pas encore inscrite au journal officiel de l’UE, Apple a enfin fait savoir que les applications des médias pro-russes RT et Sputnik n’étaient plus disponible au téléchargement depuis l’App Store, sa boutique d’applications.

Cette mesure s’ajoute à la liste des actions mises en œuvre depuis plusieurs jours par les géants de la tech et les plateformes numériques, bien décidées, sous la pression des décideurs politiques, à agir contre la désinformation en provenance de Moscou.

Google a annoncé mardi (1 mars) qu’il allait bloquer les chaînes YouTube de Russia Today (RT) et de Sputnik dans toute l’Europe, un jour après que Meta, la société mère de Facebook, a indiqué qu’il allait restreindre l’accès aux comptes des deux médias sur son réseau social. Même stratégie du côté de TikTok, le réseau social de partage de contenus vidéos.

Microsoft a également annoncé qu’il retirerait les applications de RT et Sputnik du Windows App Store, et que leurs contenus ne seraient plus visibles sur son portail d’actualité MSN.com.

« Nous continuerons d’évaluer la situation et sommes en communication avec les gouvernements concernés sur les mesures que nous prenons », a indiqué un porte-parole de l’entreprise.

Les grandes plateformes intensifient leurs efforts de lutte contre la propagande de guerre russe

Certaines des plus grandes plateformes technologiques du monde prennent des mesures sans précédent pour endiguer la vague de désinformation parrainée par le Kremlin qui entoure l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe