Une eurodéputée démissionne pour protester contre l’inaction face au harcèlement

EFE/Miguel Ángel Polo

L’eurodéputée espagnole Marina Albiol, a présenté sa démission en tant que porte-parole de la Gauche unie au Parlement européen en raison de l’inaction de la direction face à plusieurs cas possibles de harcèlement. Un article d’Euroefe.

Marina Albiol, qui a refusé de nommer les auteurs présumés des harcèlements, a envoyé sa démission par lettre au coordinateur général de Gauche unie (IU), Alberto Garzón.

L’eurodéputée explique dans cette lettre qu’elle prend cette décision car elle n’a pas reçu de réponse à deux communications adressées aux responsables de la politique internationale et de l’Organisation de l’UI pour dénoncer le « harcèlement moral, professionnel et physique qu’elle subit de la part d’eurodéputé.es. »

Sylvie Goulard: «il faut faire cesser les abus de pouvoir en général»

À l’occasion de la journée de la femme 2018, trois Françaises très européennes s’expriment sur la place des femmes en Europe.  Attention à ne pas baisser la garde sur le sujet, estime  Sylvie Goulard.

Pas de réponse

« La direction aurait pu ouvrir une procédure de sanction face à des faits aussi graves, mais elle ne l’a pas fait », déplore Marina Albiol dans sa lettre, dans laquelle elle ajoute qu’il n’y a eu aucune sanction et que les travailleurs ont été incités à continuer à travailler avec ces personnes.

Pour toutes ces raisons, conclut-elle, « et ne partageant pas ces agissements, qui vont à l’encontre des principes les plus fondamentaux d’une organisation de gauche, j’ai décidé de démissionner comme porte-parole ».

Une campagne contre le harcèlement sexuel au travail

Lancée par le Défenseur des droits, cette campagne de communication vise à pallier au flou sur la définition de l’harcèlement sexuel au trabail. D’après une étude du Défenseur des droits, 57 % des actifs s’estiment mal informés sur le harcèlement sexuel, 69 % pour les 25-34 ans. 

Des sources proches de Marina Albiol ont déclaré que l’eurodéputée valencienne ne voulait pas faire d’autres déclarations que la lettre envoyée à Gauche unie.

Justement, le Parlement européen a annoncé le 3 octobre la création de cours pilotes contre le harcèlement au sein de l’institution, parmi d’autres mesures lancées au cours des derniers mois, dont une plus grande présence de professionnels externes pour évaluer ces cas, dans lesquels les assistants parlementaires, en particulier, sont dans une situation vulnérable si l’auteur du harcèlement est un eurodéputé.

Subscribe to our newsletters

Subscribe