Ursula von der Leyen espère mobiliser 600 milliards pour le secteur privé

Images de la conférence de presse d'Ursula von der Leyen. [Commission européenne]

Dans le cadre de son plan de relance de l’après-coronavirus, la Commission européenne veut attirer 600 milliards d’investissements privés supplémentaires pour financer les secteurs stratégiques et soutenir les entreprises viables qui risquent une pénurie de liquidités.

Mercredi 27 mai, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a dévoilé un plan de relance budgétaire inédit pour surmonter la pire récession de l’histoire de l’UE.

L’ancienne ministre allemande propose aux États membres de fournir des garanties qui permettraient à l’exécutif européen d’emprunter 750 milliards d’euros sur les marchés pour financer son plan de sauvetage, « Next Generation EU ».

Bruxelles propose un plan de relance historique de 750 milliards d'euros

La Commission européenne a proposé un plan de relance budgétaire sans précédent de 750 milliards d’euros, constitué essentiellement de subventions non remboursables, afin de permettre à l’Union de surmonter la récession la plus grave de son histoire.

Mais la présidente souhaite aussi que le secteur privé joue un rôle plus important dans la reprise, afin de combler le manque d’investissements.

« [Le plan] “Next Generation EU” aidera ces sociétés en parfaite santé qui ont pris les bonnes décisions et [réalisé] des investissements [judicieux] au fil des décennies, mais qui sont désormais exposées à des risques parce que des concurrents d’autres États membres bénéficient d’un meilleur accès à l’argent public ou privé afin de recevoir de nouveaux capitaux », a-t-elle expliqué aux eurodéputés mercredi.

Ce programme investira aussi dans les industries et les technologies clés en Europe « pour rendre les chaînes d’approvisionnement essentielles plus résistantes ». Il financera notamment l’innovation technologique, comme l’intelligence artificielle, l’agriculture de précision ou l’ingénierie écologique.

Pour ce faire, Ursula von der Leyen suggère de créer deux nouveaux instruments pour soutenir les entreprises solvables et investir dans les secteurs stratégiques. Par ailleurs, elle renforcera le mécanisme InvestEU, anciennement connu sous le nom de « plan Juncker », un programme lancé pour attirer les capitaux privés au moyen de garanties de l’UE.

Sur les 750 milliards d’euros de relance budgétaire, la présidente propose de mettre de côté environ 60 milliards comme garanties additionnelles. En procédant de la sorte, la Commission espère attirer 600 milliards d’euros supplémentaires en investissements privés.

Le gros de l’argent sera versé au moyen du nouvel « instrument de soutien à la solvabilité » que la Commission désire mettre en place cette année.

Bruxelles cherche le remède miracle pour préserver les entreprises des effets de la pandémie

La crise « sans précédent » du coronavirus nécessite de nouveaux outils. La Commission européenne envisage la création d’un nouvel instrument pour soutenir les entreprises solvables, en particulier dans les États membres vulnérables.

Selon un fonctionnaire européen, en utilisant 31 milliards d’euros comme garanties, l’exécutif souhaite lever 300 milliards d’euros pour soutenir les entreprises viables en difficulté, en proposant aux investisseurs de couvrir les premières pertes potentielles.

Les garanties seront gérées par la Banque européenne d’investissement (BEI) et viendront principalement en aide aux firmes des régions et des secteurs les plus touchés par la pandémie.

La Commission donnera une liste de directives que les États membres devront suivre pour s’assurer que les investissements correspondent bien aux priorités de l’Union. Par exemple, au moins 25 % des investissements devront être destinés à la transition « verte ».

L’exécutif européen souhaite ainsi éviter une fragmentation du marché intérieur, étant donné que certains pays comme l’Allemagne sont plus puissants financièrement pour aider leurs entreprises. À ce jour, plus de la moitié de l’aide d’État approuvée par la Commission provient de Berlin.

En outre, l’exécutif propose un nouveau « mécanisme d’investissement stratégique » pour débloquer 150 milliards de fonds, dont 15 milliards serviraient de garanties.

Ces garanties, également gérées par la BEI au travers du programme InvestEU, renforceront la flexibilité des secteurs stratégiques, notamment ceux liés aux transitions écologique et numérique. Elles soutiendront aussi les chaînes de valeur clés sur le marché intérieur, comme celles des équipements médicaux et des produits pharmaceutiques.

Parallèlement à ces deux nouveaux instruments, la Commission prévoit de consolider InvestEU en y injectant 15,3 milliards d’euros de garanties. Sur la base du ratio de levier qu’affichent les autres mécanismes, cela pourrait attirer environ 150 milliards d’euros d’investissements privés.

D’après un document de travail de l’exécutif annexé à la proposition de relance, les investissements privés débloqués par ce mécanisme pourraient faire augmenter le PIB de l’UE de 2,3 % en 2024 par rapport au scénario original.

Grâce à ce système, la Commission s’attend aussi à ce que les investissements dépassent les 1 % initialement prévus.

L’UE dit au revoir au plan Juncker, bonjour à InvestEU

La Commission européenne veut rassembler tous les instruments d’investissement de l’UE existants sous la bannière d’un nouveau fonds appelé « InvestEU », qui succèdera au plan Juncker.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER