Budget européen 2021-2027 : une enveloppe rehaussée à 26 milliards d’euros pour Erasmus+

Plus de 26 milliards d'Euros vont être investis dans le programme de mobilité européenne et internationale, presque deux fois plus que lors de la période 2014-2020. [Pfeiffer/Shutterstock]

Le montant alloué au programme Erasmus+ dans le cadre du budget européen 2021-207 a été fixé à 26 milliards d’euros après l’accord conclu entre le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne vendredi 11 décembre, soit presque le double de l’enveloppe accordée pour la période 2014-2020.  

« Erasmus+ est un succès que nous perpétuons avec cet accord », s’est félicité Sabine Verheyen, eurodéputée allemande (PPE) et présidente de la Commission de la culture et de l’éducation (CULT) au Parlement européen, en charge des négociations sur le dossier avec le Conseil. Le Parlement s’est « imposé dans les négociations » et a notamment obtenu une augmentation de 2,2 milliards d’euros du montant initialement prévu. Le nouveau budget Erasmus+ est ainsi supérieur de presque 80% par rapport à la période budgétaire actuelle qui se termine à la fin de l’année (soit 14,7 milliards d’euros entre 2014-2020).

Programme Erasmus+ : la France en tête de la mobilité étudiante

La Commission européenne doit annoncer ce vendredi (11 décembre) l’enveloppe précise accordée au programme Erasmus+ pour la période 2021-27. A cette occasion, l’Agence Erasmus+ France dresse un premier état des lieux.

Dépasser le seul cadre universitaire

Un montant impressionnant à la hauteur des nouvelles ambitions liées au programme. A l’avenir, Erasmus+ sera notamment plus inclusif et plus vert, selon l’eurodéputée française Laurence Farreng, membre de la CULT également. « Nous avons insisté pour que tout le monde puisse partir, quelle que soit sa situation sociale, son lieu de vie ou encore le fait qu’il soit porteur d’un handicap », a souligné l’eurodéputée Laurence Farreng (Renew) dans un entretien avec Euractiv France.

La parlementaire s’est dit « très satisfaite » d’un « programme taillé pour l’époque et pour l’avenir des jeunes, mais aussi des moins jeunes ». De fait, le champ des personnes éligibles à une mobilité européenne ou internationale se voit dorénavant élargi aux écoliers du primaire, aux enseignants des maternelles et aux encadrants des clubs sportifs. Les adultes en réinsertion professionnelle seront eux aussi éligibles à la mobilité offerte par le programme phare de l’Union européenne.

« Nous avons amélioré l’accès à Erasmus+ pour celles et ceux qui, jusqu’alors, n’avaient pas ou peu de possibilités d’y participer », a expliqué Sabine Verheyen. La participation au programme sera par ailleurs facilitée à travers l’initiative de la Carte étudiante européenne qui comprend des outils informatiques plus adaptés aux usagers et une dématérialisation des procédures administratives.

De 7 à 77 ans, Erasmus + s'adresse à tous

Erasmus + ne concerne pas que les étudiants mais permet d’insérer sur le marché de l’emploi les profils les plus divers. Une idée qui sera au cœur des prochains Erasmus Days, les 15, 16 et 17 octobre.

Vers un « Espace européen de l’éducation »

Véritable « sésame » selon la directrice de l’Agence Erasmus+ France, Laure Coudret-Laut, le budget renforcé va faciliter l’accès à tous les secteurs de l’éducation. Avec, à la clé, une européanisation des établissements éducatifs à travers l’Europe en vue de la création d’un « Espace européen de l’éducation ». Un objectif partagé par le Parlement, le Conseil et la Commission européenne, selon Laurence Farreng.

Au niveau universitaire, l’initiative des alliances entre Universités Européennes vise la démocratisation des diplômes en Europe, en passant de la simple reconnaissance mutuelle en place aujourd’hui à un véritable « diplôme européen ».

Le nouveau budget va en outre servir à promouvoir deux autres initiatives en place depuis 2018 : des Centres d’excellence professionnelle ainsi que le dispositif DiscoverEU qui offre aux Européennes et Européens de 18 ans la possibilité de découvrir l’Europe à travers des voyages en train. Une initiative qui connaît, et c’est sans surprise, un vrai engouement depuis sa mise en place.

Programme Erasmus+ : la France en tête de la mobilité étudiante

La Commission européenne doit annoncer ce vendredi (11 décembre) l’enveloppe précise accordée au programme Erasmus+ pour la période 2021-27. A cette occasion, l’Agence Erasmus+ France dresse un premier état des lieux.

« Un moteur de l’éducation au développement durable »

Autre axe clé du programme, l’environnement sera partie intégrante d’Erasmus+. Désormais, le programme comporte des indicateurs climat, comme l’avait recommandé Laurence Farreng dans un rapport publié en juillet dernier, une recommandation sur laquelle a insisté le Parlement européen lors des négociations.

Le résultat est salué par le groupe des Verts/ALE. « Nous sommes satisfaits que le programme soit devenu plus vert », affirme Romeo Franz, eurodéputé allemand et vice-président de la CULT, auprès d’Euractiv France. L’issue des négociations est « un signe très positif, particulièrement dans les circonstances actuelles ».

Avec une augmentation des bourses pour celles et ceux qui choisiront des modes de transport moins polluants pour leur mobilité ainsi que le développement des mobilités hybrides, le programme va pouvoir jouer un rôle renforcé dans la transition écologique et numérique, estime de son côté Laure Coudret-Laut. Et même s’avérer un « moteur de l’éducation au développement durable ».

Supporter

Agence Erasmus + France


Erasmus + est le programme de l’Union européenne pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Ce sont des opportunités de mobilités et de partenariats pour les acteurs de l’enseignement scolaire, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, de l’éducation des adultes, de la jeunesse et du sport.



Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer