L’UE doit redoubler d’efforts pour combler le fossé numérique creusé par le SARS-CoV-2

Jeudi 22 octobre, les législateurs européens ont appelé les États membres à redoubler d’efforts pour combler le fossé numérique dans l’éducation à travers l’UE, qui s’est creusé avec la pandémie de Covid-19. EPA/KOBI GIDEON **ISRAEL OUT** [EPA/KOBI GIDEON]

Jeudi 22 octobre, les législateurs européens ont appelé les États membres à redoubler d’efforts pour combler le fossé numérique dans l’éducation à travers l’UE, qui s’est creusé avec la pandémie de Covid-19.

En raison de la crise sanitaire mondiale, l’éducation a considérablement changé au cours des derniers mois, avec l’essor particulier de l’apprentissage en ligne, qui permet d’enseigner à distance et sur des plateformes numériques.

Cependant, selon les dernières estimations de l’UNESCO lors de la première vague, même dans les pays les plus développés, l’accès à l’éducation numérique était d’environ 90 % ; 10 % des élèves étant encore laissés pour compte.

Dans leur résolution, les législateurs de l’UE ont souligné les « disparités encore importantes à l’échelle européenne », 32 % des élèves étant restés sans accès à l’éducation pendant plusieurs mois dans certains États membres. Par ailleurs, pour de nombreux apprenants, ce manque d’accès découlait de l’absence d’équipement numérique, de compétences numériques inadéquates ou d’un désavantage préexistant.

Une telle situation « menace d’entraîner une perte des acquis pour toute une génération d’étudiants et risque d’effacer des décennies de progrès […] Elle pourrait également avoir des conséquences négatives sur la croissance de la productivité du travail et la compétitivité pour l’ensemble de l’Union ».

« De nombreux pays ne sont toujours pas préparés à faire face à la deuxième vague qui frappe actuellement l’Europe », a déclaré le député européen Victor Negrescu (S&D, CULT) à l’Assemblée.

« Il faut faire plus pour garantir l’accès à une éducation et une formation de qualité pour tous. Nous devons investir dans l’éducation », a-t-il maintenu lors du débat qui a précédé le vote.

Il a  révélé que la commission CULT « regrettait profondément » que l’accord budgétaire actuel de l’UE ait proposé des réductions substantielles des programmes de soutien à l’éducation et à la formation, alors que le Parlement européen avait appuyé que les États membres devraient augmenter leurs propres dépenses publiques dans ces domaines.

« La Commission doit donner la priorité aux investissements dans l’éducation dans son plan de relance », a insisté M. Negrescu.

L’exécutif européen a présenté des plans en septembre pour stimuler l’éducation sur le plan numérique, et ce à travers l’Union grâce avec à son plan d’action destiné à refléter les leçons tirées de la crise de Covid-19.

Bruxelles a proposé un ensemble d’initiatives pour façonner une éducation numérique de qualité, inclusive et accessible en Europe, de même que les États membres ont été invités à faciliter la coopération à l’échelle du bloc.

« L’éducation et la formation ont subi d’énormes perturbations en raison du nouveau coronavirus. L’utilisation massive de la technologie a révélé des lacunes et mis en évidence des faiblesses », avait alors fait valoir la vice-présidente de la Commission chargée du numérique, Margrethe Vestager.

« C’est aussi l’occasion de remettre l’éducation et la formation à l’heure du numérique. 95 % des personnes ayant répondu à la consultation publique sur le plan d’action pour l’éducation numérique considèrent la crise comme un tournant dans la manière dont la technologie est utilisée dans l’éducation et la formation ».

Dans leur appel, les députés ont particulièrement déploré « le manque de coordination ou d’échange de bonnes pratiques au niveau européen » pendant la pandémie, et ont appelé les États membres à coopérer plus étroitement.

Une « meilleure coopération et coordination entre les États membres et une politique européenne plus ambitieuse en matière d’éducation et de formation auraient amélioré l’efficacité de la réponse apportée à la crise de la Covid-19 », peut-on lire dans la résolution.

« Nous nous félicitons du “paquet éducation” présenté par la Commission fin septembre. Cependant, ce n’est qu’une première étape », a indiqué la rapporteur Sabine Verheyen (PPE) après le vote, ajoutant qu’il devait maintenant être « soutenu par des mesures concrètes et les fonds nécessaires ».

Bien que le plan d’action de l’UE pour les compétences numériques pour tous ait été largement salué, Amanda Crowfoot, secrétaire générale de l’Association européenne des universités (AEU), a averti que les initiatives européennes « doivent veiller à ce que l’éducation améliorée par le numérique ne soit pas considérée comme un mode d’urgence. Il faut plutôt favoriser des stratégies et des actions prospectives au-delà de la crise, qui sont primordiales pour la résilience et l’innovation ».

Supporter

Agence Erasmus + France


Erasmus + est le programme de l’Union européenne pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Ce sont des opportunités de mobilités et de partenariats pour les acteurs de l’enseignement scolaire, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, de l’éducation des adultes, de la jeunesse et du sport.



Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer