Le nouvel Erasmus+ veut faire bouger les apprentis

EU gibt grünes Licht für Einreiseerleichterungen für Studenten und junge Forscher aus Drittstaaten

Le Parlement européen a adopté le nouveau programme européen d’échange Erasmus+. Le nouvel Erasmus hérite de financements en hausse de 40%. 

Apprentis, professeurs, animateurs d'associations de jeunesse, bénévoles et même…jeunes sportifs ! La nouvelle mouture d’Erasmus, le programme européen d’échange pour étudiants ne concernera plus à partir de 2014 les seuls étudiants et enseignants.

Adopté mardi 19 novembre par le Parlement européen, le programme de mobilité de l’UE pour l’éducation et la formation aura réussi l’exploit de mettre tout le monde d’accord. Chose rare, la quasi-totalité des groupes politiques au Parlement se sont félicités de l’adoption de cet Erasmus élargi.

Hausse vertigineuse du budget

Au passage, le programme récupère une dotation en augmentation de plus de 40% pour la période 2014-2020. Un petit miracle pour un programme européen alors que le budget pluriannuel de l’Union européenne adopté le même jour a reculé de près de 4 % à 960 milliards d'euros, par rapport à la période précédent.

>>Lire FACTCHECKING : le budget européen recule-t-il vraiment ?

Seules victimes de la rigueur budgétaires, les bourses Erasmus sont globalement réduites au profit du mécanisme de garantie des prêts pour les étudiants en master. A l'américaine, le nouveau mécanisme doit permettre aux jeunes d’obtenir des prêts à des conditions favorables pour financer leurs études dans un autre pays.

Résultat, Erasmus+  hérite d’un budget global d'environ 14,7 milliards d’euros pour la période 2014-2020. Mais aussi d’un objectif : d’ici 2020, 4 millions de jeunes européens âgés de 13 à 30 ans devaient pouvoir profiter du programme d’échange.

Le programme mis en place en 1987 est un des rares succès incontestés de l'Union européenne.

Depuis cette date, ce sont 3 millions de jeunes européens qui ont pu profiter d’Erasmus pour réaliser une période de mobilité dans un de pays membre du programme (28 Etats membres de l’UE,  l’Islande, le Lichtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie).

Un Erasmus pour les apprentis

 « Il y a une volonté et un effort particulier fournit sur l’enseignement professionnel dans ce nouvel Erasmus » affirme Isabelle Thomas, eurodéputée socialiste française.  

Davantage connu des filières universitaires, Erasmus doit maintenant faire ses preuves auprès de formations professionnelles comme les BTS.

« La répartition des enveloppes du programme se fait ensuite en fonction des demandes des étudiants » signale Isabelle Thomas. A charge des Etats membres donc de faire connaître Erasmus dans les filières techniques, moins familières du programme. 

« En ces temps d'austérité, nous devons investir tout ce dont nous pouvons nous permettre dans l'éducation. L'augmentation de 40% du budget pour  le nouveau programme Erasmus+, montre que l'UE comprend ce principe plus que jamais », a déclaré l'eurodéputé libéral Morten LØKKEGAARD (Venstre, Danemark)

« Il faut tout faire pour éviter de sacrifier cette génération qui sera le socle de la société de demain. En augmentant de 40% le budget européen consacré à Erasmus +, l’Europe l’a bien compris ; des millions de jeunes pourront étudier, enseigner ou travailler bénévolement à l'étranger d'ici à 2020. La formation n’est pas un coût mais un investissement ! »  conclut l’Eurodéputé PS Marc Tarabella.

« Dans le contexte budgétaire actuel, Erasmus pour tous est une sorte de miraculé. Il a en effet échappé aux coupes claires du Conseil. Même inférieur aux propositions initiales de la Commission, ce sera un des rares programmes de l'UE à être en augmentation substantielle.On ne peut que s'en féliciter notamment pour les jeunes de l'UE qui en sont les principaux bénéficiaires. » affirme pour sa part Marie-Christine Vergiat, au nom de la GUE/NGL.

« Le programme Leonardo da Vinci existe depuis 1995 environ et est une grande réussite. Nous ne partons pas de zéro dans la lutte contre le chômage des jeunes et en matière d'efforts concernant la formation, la mobilité et le rassemblement des Européens, mais nous devons améliorer les programmes existants et les financer de manière adéquate », a déclaré le rapporteur Doris Pack (PPE, DE).

Inspiré du nom du philosophe, théologien et humaniste Érasme de Rotterdam (1465-1536), le programme de mobilité de l’UE pour l’éducation et la formation Erasmus permet aux jeunes européens de réaliser une période de mobilité dans un des 33 pays partenaires.

L’ensemble des Etats membres de l’UE participent à ce programme ainsi que l’Islande, le Lichtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie.

Depuis son lancement en 1987, il a profité à environ 3 millions de jeunes européens.

La nouvelle mouture d’Erasmus, baptisée Erasmus+ réunit pour la période 2014-2020 les anciens programme Erasmus (étudiants), Comenius (collégiens et lycéens), Leonardo da Vinci (apprentis), et Grundtvig (adultes en formation)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER