Services civiques « Europe » : « tout reste à inventer » se réjouit la présidente de l’agence

Béatrice Angrand est la présidente de l’Agence du Service Civique depuis mars 2019. [Agence du Service Civique]

Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes a annoncé début mai l’objectif de 2 000 services civiques tournés vers l’Europe par an d’ici à 2022 – des missions qui vont venir renforcer la « prise de conscience » de l’impact de l’UE sur le quotidien des jeunes, selon Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du Service Civique.

En déplacement à la Maison de l’Europe de l’Eure à Evreux, le 6 mai 2021, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, et la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah El Haïry, ont annoncé que 1 000 missions de service civique « Europe » en France, ainsi que 1 000 missions de service civique en Europe, seraient proposés d’ici au début de l’année 2022.

Si « tout reste à inventer », Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du Service Civique, s’est félicitée de l’annonce. « Il n’y a rien de tel pour donner l’envie d’Europe », confie-t-elle à EURACTIV France.

Pour rappel, les services civiques sont des engagements de 6 à 12 mois ouverts à tous les jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Ces volontaires sont accompagnés par des tuteurs tout au long de leur parcours.

Ces missions ont lieu au sein d’associations, « en majorité » note Mme Angrand, mais aussi dans des services publics ou des collectivités territoriales. Dans le cadre de ces services civiques « Europe »- », l’Agence planche désormais sur les futurs thématiques autour desquels ces engagements pourront tourner. Plusieurs pistes sont déjà identifiées : « la promotion des valeurs européennes, la présidence française de l’UE, l’Europe du sport, la pédagogie de la PAC », énumère Mme Angrand.

« Grâce à ces missions, les jeunes entreront à l’intérieur des sujets européens », souligne-t-elle, ce qui ne peut que renforcer leur « prise de conscience » sur l’influence de l’UE dans leur quotidien.

« L’Europe doit être concrète et toucher les jeunes », a déclaré M. Beaune lors de sa visite dans le cadre de la semaine de l’Europe. Ces missions « vont donner le sentiment qu’ils participent à faire progresser l’Europe, ce qui va forcément les en rapprocher », renchérit Mme Angrand.

Si ces missions s’inscrivent dans une volonté de renforcer le sentiment d’appartenance européenne, en amont de la présidence français de l’UE début 2022, ces mesures viendront aussi renforcer le plan « 1 jeune 1 solution », lancé à l’été 2020 et qui doit accompagner les jeunes avec un ensemble d’outils : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté.

La présidence portugaise de l'UE veut lancer le nouveau Erasmus+ en juin

Avec 26,2 milliards d’euros, le budget du programme Erasmus+ pour 2021-2027 est presque le double de celui de la période 2014-2020, où il était doté de 14,7 milliards d’euros.

Supporter

Ce partenaire soutient le travail d'EURACTIV sur Éducation. Ce soutien permet à EURACTIV de consacrer des ressources éditoriales supplémentaires pour couvrir le sujet plus amplement et en profondeur. Le contenu éditorial d'EURACTIV ne reflète pas les opinions de ses partenaires.

Agence Erasmus + France





Subscribe to our newsletters

Subscribe