Adhésion à la zone euro : en Bulgarie, un débat divisé sur la question macédonienne

Les partis qui insistent fermement sur l’euro sont les mêmes qui soutiennent également la levée du veto contre les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE. [sandsun (shutterstock)]

La coalition quadripartite au pouvoir en Bulgarie n’est pas unanime sur la question de l’adhésion du pays à la zone euro au début de l’année 2024, se divisant selon les mêmes lignes que sur la question, sans rapport, du veto à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE de la Macédoine du Nord voisine.

Il existe un consensus politique fragile sur la question au Parlement bulgare, les principaux partis de la coalition, « Nous continuons le changement » et « Bulgarie démocratique », déclarant que l’adoption de l’euro est l’un de leurs principaux objectifs politiques.

« Si nous adoptons l’euro, les Bulgares auront une place dans la salle où les décisions sont prises, nous aurons une voix sur ce que doit être la politique financière de l’UE. C’est extrêmement important dans ces crises graves et ces situations difficiles », a déclaré le vice-Premier ministre et ministre des Finances Asen Vassilev de Change Continues.

Cependant, le parti socialiste et populiste bulgare « Il y a un tel peuple » (ITN) fait obstacle et appelle à une approche plus mesurée, comme en témoignent les commentaires de Lubomir Karimanski, président de la commission parlementaire des Finances.

« Nous soutenons fermement l’introduction de l’euro. Mais avant cela, il doit y avoir une campagne d’information à grande échelle, certains critères doivent être remplis, les avantages et les risques doivent être définis. »

Le Premier ministre Kiril Petkov pourrait ainsi être amené à chercher le soutien de l’opposition — l’ancien parti conservateur au pouvoir GERB et le parti de la minorité turque DPS. Tous deux se déclarent favorables à l’entrée de la Bulgarie dans la zone euro. Avant cela, un problème économique beaucoup plus grave doit être résolu : l’inflation.

La question macédonienne

Les partis qui insistent fermement sur l’euro sont les mêmes qui soutiennent également la levée du veto contre les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE.

Sofia a déclaré qu’elle ne voterait pas en faveur de l’ouverture du processus d’adhésion tant que Skopje n’aura pas inclus les droits des Bulgares dans sa constitution et n’aura pas réglé d’autres différends concernant la langue, l’histoire et la culture.

Skopje, dont le processus d’adhésion est lié à celui de l’Albanie, affirme avoir déjà fait de nombreuses concessions et que ces questions devraient être abordées dans le cadre de l’ouverture des chapitres.

Non à l’euro

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé, mercredi 1er juin, selon EURACTIV Bulgarie que le pays ne remplissait toujours pas tous les critères d’adhésion à la zone euro. Dans le même temps, la BCE et la Commission européenne ont donné le feu vert à la Croatie pour adopter l’euro en 2023.

Le principal problème de la Bulgarie est l’inflation élevée, qui a atteint 5,9 % l’année dernière, soit un point de pourcentage de plus que les 4,9 % autorisés, et dont le taux devrait continuer à augmenter au cours des prochains mois.

La BCE recommande à la Bulgarie de poursuivre des politiques économiques stabilisatrices et des réformes structurelles. Elle appelle à une réduction de la corruption dans le secteur public, à une réforme du système judiciaire et de l’enseignement, et à une lutte contre le blanchiment d’argent.

La Bulgarie a un avantage : sa faible dette publique, qui est nettement inférieure au seuil recommandé de 60 % du PIB.

La Commission donne son feu vert à la Croatie pour l'adoption de l'euro en 2023

La Croatie remplit tous les critères économiques lui permettant de rejoindre la zone euro dès janvier 2023, malgré une inflation croissante, selon le rapport de convergence bisannuel de la Commission européenne, publié mercredi.

Idéologisation de l’euro

Le débat sur l’euro en Bulgarie est très activement utilisé par le parti nationaliste pro-russe « Vazrazhdane », dont la popularité ne cesse de croître.

Selon le leader du parti, Kostadin Kostadinov, « l’adoption de l’euro en Bulgarie à partir de début 2024 sera un arrêt de mort pour l’économie bulgare, les salaires, les revenus, les pensions, l’épargne. Son introduction entraînera une inflation à deux chiffres. »

Son parti fait activement campagne pour la sortie du pays de l’UE et de l’OTAN, recueillant le soutien de 10 à 12 % des électeurs.

M. Kostadinov a déclaré que Vazrazhdane essaierait d’organiser un référendum sur l’euro, bien que, selon la loi, cela ne soit pas possible car la question a été résolue par la ratification d’un traité de l’UE. Seule la date de l’adhésion à la zone euro pourrait être décidée par référendum.

La position du nouveau parti de l’ancien Premier ministre intérimaire Stefan Yanev — « Lève-toi Bulgarie » — est plus modérée. L’année dernière, alors qu’il était encore Premier ministre, le gouvernement a élaboré un plan visant à introduire l’euro en 2024.

Aujourd’hui, M. Yanev affirme que la monnaie unique est préjudiciable à la souveraineté de la Bulgarie. Après cette déclaration, le média d’investigation BIRD a révélé que les économies de M. Yanev et de plusieurs députés de « Vazrazhdane » sont en euros.

Les partis pro-européens au Parlement considèrent que l’euro fait partie de l’adhésion irréversible de la Bulgarie au courant européen.

Jeux politiques

La position de l’ITN est moins claire, car il semble qu’il utilise le débat sur l’euro à son avantage au sein de la coalition au pouvoir.

Le parti a annoncé qu’il était favorable à l’entrée du pays dans la zone euro, mais des doutes subsistent quant cette possible entrée pour l’année 2024. L’explication officielle est que l’introduction de l’euro pourrait affecter les revenus, qui sont déjà bien inférieurs à la moyenne européenne.

La Bulgarie connaît actuellement l’un des taux d’inflation les plus élevés de l’UE (14,1 %), alors que l’inflation moyenne dans la zone euro est presque de moitié. Lubomir Karimanski, économiste réputé de l’ITN, tente d’obtenir un soutien politique pour être élu gouverneur de la Banque nationale bulgare, ce qu’il a tenté sans succès en avril.

Le parti pourrait essayer d’échanger son soutien à la zone euro, ont déclaré des sources de la coalition au pouvoir à EURACTIV Bulgarie.

L’échéance 2024

Le gouverneur de la Banque nationale bulgare, Dimitar Radev, a expliqué cette semaine que la Bulgarie avait encore une chance d’adopter l’euro le 1er janvier 2024.

« Nous devons encore voir quel sera le traitement de la Bulgarie en termes d’inflation. Je n’exclus pas un meilleur traitement — cela dépend de bonnes politiques et de bons négociateurs », a déclaré M. Radev.

Il a souligné que la décision d’adopter l’euro était une décision politique. « Le processus dépend de la volonté politique du parlement bulgare. Il doit décider si la Bulgarie doit rejoindre le noyau dur de l’UE ou rester à sa périphérie », a déclaré M. Radev.

Subscribe to our newsletters

Subscribe