Anniversaire de l’espace Schengen, élargissement à venir

passport_visa.jpg

La Bulgarie et la Roumanie se rapprochent de l'espace Schengen, alors que la Commission européenne célèbre aujourd'hui le 25ème anniversaire de l'accord de Schengen, qui a permis une abolition graduelle des contrôles entres les frontières communes des pays de l'UE.

La Bulgarie et la Roumanie, les derniers entrants de l'UE, ont fait un pas supplémentaire vers leur entrée dans la zone sans frontières de l'espace Schengen la semaine dernière, suite à l'approbation par la commission des libertés civiles du Parlement européen d'une décision du Conseil qui autorise Sofia et Bucarest à rejoindre la base de données du SIS, Système d'information Schengen.

Cette avancée, considérée comme une étape importante vers l'adhésion du pays à l'espace Schengen, sera complétée le 18 juin après un vote en plénière à Strasbourg.

La Bulgarie et la Roumanie se sont toutes deux donné l'objectif de rejoindre l'espace Schengen en 2001. Jusqu'en 2001, les citoyens bulgares et roumains avaient encore besoin d'un visa pour se rendre dans les pays de l'espace Schengen. En décembre dernier, l'exigence de visa a été levée pour la Serbie, le Monténégro et la Macédoine, et le processus devrait se poursuivre avec la Bosnie-Herzégovine et l'Albanie (EURACTIV 27/05/10).

S'exprimant depuis Sofia récemment, le premier ministre italien Silvio Berlusconi a affirmé que la Bulgarie pouvait compter sur le soutien de l'Italie pour une adhésion rapide du nouvel entrant à l'espace Schengen, écrit Dnevnik, la publication partenaire d'EURACTIV en Bulgarie.

Au même moment, la commissaire de l'UE aux affaires intérieures Cecilia Malmström a célébré vendredi l'anniversaire de la convention de Schengen, qui est en réalité née en dehors du cadre de l'UE, ayant été par la suite insérée parmi les acquis du bloc grâce au traité d'Amsterdam, qui est entré en vigueur en 1999.

Schengen est devenu l'un des symboles les plus puissants de la capacité de l'UE à améliorer la vie de ses citoyens, a affirmé Mme Malmström. Elle a fait référence à son enfance, lorsqu'elle était àGöteborg et prenait le ferry pour se rendre au Danemark, le voyage le plus long qu'elle pouvait faire sans passeport.

Maintenant, les suédois peuvent passer lepont de l'Øresund en voiture [qui relie la Suède au Danemark] et poursuivre leur route jusqu'en Italie, s'est-elle exclamée.

Elle a toutefois prévenu qu'avec l'ouverture des frontières, il fallait redoubler d'efforts entre les autorités de maintien de l'ordre pour combattre les crimes graves.

Lors du 25ème anniversaire de la Convention de Schengen, le dirigeant du groupe S&D (socialistes et démocrates) du Parlement européen, Martin Schulz, a dit : avec l'euro, Schengen est probablement le résultat le plus tangible et le plus réussi qu'on ait atteint durant ces trente dernières années d'intégration européenne.

Les frontières, qui étaient très fermement surveillées dans le passé, ont été ouvertes pacifiquement, ouvrant la voie à davantage de coopération et d'opportunités pour nos citoyens. Aujourd'hui, les adolescents dans l'UE ont grandi sans connaître les heures de queues à la douane, et tous les citoyens de l'UE peuvent bénéficier pleinement de la liberté de circulation dans presque toute l'Europe, a-t-il ajouté.

 M. Schulz souhaiterait que l'espace Schengen serve d'exemple pour lever les frontières dans d'autres domaines.

Ce n'est plus le moment de retourner vers ce passé, ni d'ajouter de nouvelles frontières nationales. C'est plutôt le contraire. Les gouvernements de l'UE sont aujourd'hui appelés à nouveau à réaliser de nouvelles avancées sur des prouesses de type Schengen dans les domaines socio-économiques, et de la coopération administrative, levant les trop nombreuses frontières que les citoyens de l'UE doivent encore franchir en Europe, a-t-il déclaré.

Schengen est un village à la frontière entre le Luxembourg, la France et la Belgique, où a été signé le 14 juin 1985 un accord entre ces pays, les Pays-Bas et l'Allemagne pour abolir petit à petit les contrôles aux frontières communes.

Le processus a graduellement évolué et en 1995 les contrôles aux frontières ont été abolis entre la Belgique, l'Allemagne, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal.

Aujourd'hui, la zone de libre échange de l'espace Schengen est composée de 25 Etats membres : les membres de l'UE l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, la Finlande, l'Allemagne, la Grèce, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, l'Espagne, la Suède, la République tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie et la Slovénie, ainsi que trois pays hors UE associés, qui sont la Norvège, l'Islande et la Suisse.

Le Royaume-Uni et l'Irlande ont décidé de ne pas entrer dans l'espace Schengen.

La Bulgarie, la Roumanie et Chypre appliquent seulement en partie l'acquis Schengen pour le moment. Les contrôles ont donc toujours lieu aux frontières de ces trois Etats membres de l'UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer