Évacuations à Kaboul : l’UE, les États-Unis et l’OTAN sont « extrêmement reconnaissants » envers la Géorgie

Une vingtaine de vols ont été enregistrés entre Kaboul et Tbilissi et plus de 2 500 personnes ont été évacuées. Au cours de ces missions, l’espace aérien et le territoire de la Géorgie ont été utilisés comme voie de transit depuis l’Afghanistan. [Ministry of Foreign Affairs of Norway, Twitter]

Tandis que le calme revient à l’aéroport de Kaboul après son évacuation dramatique, la Géorgie a été remerciée et félicitée pour son aide cruciale apportée aux États-Unis et aux partenaires occidentaux.

Selon les informations obtenues par EURACTIV, trois avions de transport militaire C-17 Globemaster III de l’US Heavy Airlift Wing (HAW), opérant dans le cadre du programme Strategic Airlift Capability (SAC), ont été déployés à l’aéroport international de Tbilissi pendant l’évacuation qui a débuté le 14 août. Les avions ont effectué des vols réguliers sur la route aérienne Tbilissi-Kaboul afin de faire évacuer le personnel militaire et civil de l’Afghanistan.

Une vingtaine de vols ont été enregistrés entre Kaboul et Tbilissi et plus de 2 500 personnes ont été évacuées. Au cours de ces missions, l’espace aérien et le territoire de la Géorgie ont été utilisés comme voie de transit depuis l’Afghanistan.

À l’intérieur de l’aéroport de la capitale géorgienne, une installation spéciale a été mise en place par les autorités géorgiennes afin de répartir les personnes évacuées, avant leur départ en vols charters vers les pays membres de l’OTAN.

Les autorités géorgiennes ont également fourni une aide médicale, de la nourriture et d’autres produits de première nécessité aux personnes évacuées. Elles ont par ailleurs autorisé plusieurs États membres de l’OTAN à déployer leur personnel militaire et civil à l’aéroport de Tbilissi.

Sur la base militaire adjacente, les forces de défense géorgiennes ont installé de grandes tentes à usage multiple destinées à accueillir les personnes évacuées pendant les longues périodes d’attente précédant les départs.

Le gouvernement géorgien a indiqué dans un communiqué que les forces armées norvégiennes avaient mis en place une « unité de soins de transit » à l’aéroport de Tbilissi afin de faciliter l’évacuation d’un hôpital militaire norvégien de Kaboul.

« Nous remercions la Géorgie pour son aide dans le cadre de l’évacuation de milliers de personnes de Kaboul, parmi lesquelles figurent des Afghans en danger et des citoyens alliés et partenaires. Le centre de transit régional de l’aéroport international de Tbilissi joue un rôle important. La Géorgie reste un partenaire clé pour l’OTAN », a déclaré le porte-parole adjoint de l’alliance, Piers Cazalet, à EURACTIV le lundi 6 septembre.

Le 28 août, l’UE a exprimé sa gratitude envers la Géorgie. L’ambassadeur de l’UE en Géorgie, Carl Hartzell, a notamment tweeté : « Merci à la Géorgie pour son soutien ferme dans le cadre de l’évacuation de Kaboul, qui a permis aux États membres de l’UE de transiter rapidement et en toute sécurité par l’aéroport de Tbilissi. »

Les États-Unis sont « extrêmement reconnaissants » envers la Géorgie et les autres pays qui ont participé aux efforts d’évacuation de l’Afghanistan, a déclaré la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’une conférence de presse le 1er septembre.

Bien qu’elle ne soit qu’un pays candidat à l’adhésion au sein de l’OTAN, la Géorgie a apporté la plus grande contribution par habitant en termes de présence militaire au sein du contingent de l’OTAN en Afghanistan. En 2012-2014, lors du pic de l’opération ISAF, la Géorgie avait déployé près de 1 500 militaires sur le terrain. Enfin, dans le cadre de la mission « Resolute Support », la Géorgie a déployé 857 personnes sous différents commandements alliés, devenant ainsi le plus grand contributeur de personnel déployé, en dehors des membres de l’OTAN.

L’ambassadeur de Géorgie auprès de l’UE, Vakhtang Makharoblishvili, a déclaré à EURACTIV que son pays avait « l’obligation morale de se tenir aux côtés de ses alliés européens et américains dans ces moments difficiles ».

Il a rappelé qu’au cours des dernières années, la Géorgie et l’Union européenne ont conclu un accord sur la participation de la Géorgie aux missions de la PSDC de l’UE en République centrafricaine et au Mali.

« Les développements dans les pays voisins ont un impact sur la prospérité et la stabilité de nos pays. La Géorgie est prête à poursuivre son engagement actif et son étroite coopération avec l’UE afin de garantir la sécurité là où elle est nécessaire, et de contribuer aux futures missions humanitaires. Nous remercions nos collègues européens et américains pour leurs aimables paroles de remerciements et leur gratitude. »

Supporter

Ce partenaire soutient le travail d'EURACTIV sur Élargissement. Ce soutien permet à EURACTIV de consacrer des ressources éditoriales supplémentaires pour couvrir le sujet plus amplement et en profondeur. Le contenu éditorial d'EURACTIV ne reflète pas les opinions de ses partenaires.

Mission of Georgia to the European Union

Sur Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe