Face à la pression, la Bulgarie tente d’expliquer son veto sur la Macédoine du Nord

Dimitar Tzantchev [Dnevnik/Krassimir Yuskesseliev]

Face à la pression des membres du bloc, l’ambassadeur bulgare a expliqué mardi (11 mai) aux ministres de l’UE la décision de son pays d’opposer son veto à l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord voisine.

Dimitar Tzantchev représentait la Bulgarie au Conseil « Affaires générales », le format ministériel de l’UE qui décide des questions liées à l’élargissement de l’UE. Le même jour, le président Rumen Radev a nommé un gouvernement bulgare intérimaire avant les élections anticipées du 11 juillet.

La Bulgarie a opposé son veto à la décision d’ouvrir des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord en novembre dernier, une décision qui a indirectement affecté l’Albanie, un autre candidat des Balkans occidentaux qui a avancé sur la voie de l’UE en tandem avec Skopje.

Cette décision en a surpris plus d’un, car la Bulgarie avait été un ardent promoteur de l’élargissement de l’UE aux Balkans occidentaux, ayant organisé un sommet spécial pendant sa présidence du Conseil de l’UE en 2018.

Mais entre-temps, Skopje n’a pas réussi à concrétiser un traité bilatéral avec la Bulgarie depuis 2017, bloquant de fait le travail d’un comité conjoint chargé de régler les questions d' »histoire commune ». En parallèle, Sofia a signalé une nouvelle vague de discours haineux anti-bulgares en Macédoine du Nord.

En 2019, le Parlement bulgare a adopté à l’unanimité une déclaration sévère avertissant Skopje que Sofia ne tolérera pas la déformation d’événements, de documents et d’artefacts historiques, ainsi que le rôle et les opinions de personnalités de l’histoire bulgare.

Plusieurs membres de l’UE, dont l’Autriche, ont critiqué la position bulgare.

S’adressant aux ministres de l’UE, M. Tzantchev a déclaré que la Bulgarie était « le dernier pays à devoir être convaincu que les Balkans occidentaux devraient un jour faire partie de l’UE ».

« Malheureusement, nous sommes confrontés à un problème. Toutefois, il ne s’agit pas d’un problème bilatéral, comme certains d’entre vous le pensent manifestement. Il fait référence aux principes sur lesquels notre Union est construite et fonctionne », a déclaré l’ambassadeur, selon une transcription vue par EURACTIV.

Selon M. Tzantchev, c’est la première fois dans l’histoire de l’élargissement qu’un pays candidat fait pression pour déterminer les conditions d’ouverture des négociations sur son adhésion à l’UE.

« Pour la première fois, nous avons un pays candidat qui déclare vouloir devenir membre de l’UE, mais sans renoncer à son idéologie de construction de l’État de l’ère communiste. »

« Pour la première fois, nous avons un pays candidat qui déclare qu’il ne se considère pas obligé de respecter les traités qu’il a signés avec un État membre de l’UE. Un tel comportement ne peut être toléré car il constitue un défi ouvert aux fondements de l’UE », a déclaré l’ambassadeur bulgare.

Cependant, la Bulgarie n’a pas réussi à expliquer au public étranger les véritables enjeux qui se cachent derrière l’attitude hostile de Skopje. Les diplomates de l’UE sont peu conscients des campagnes anti-bulgares en Macédoine du Nord et de la complicité présumée des autorités pour dénigrer publiquement la Bulgarie.

La Macédoine du Nord a mobilisé un lobbying considérable dans les cercles de l’UE, ce qui ne fait qu’accroître l’antagonisme de la Bulgarie, qui se plaint que Skopje courtise des membres influents de l’UE pour tordre le bras de la Bulgarie au lieu d’aborder les problèmes avec son voisin.

De nombreux Bulgares trouvent choquant que les autres membres de l’UE fassent preuve d’une plus grande solidarité avec un pays extérieur à l’Union. Sur le plan interne, ce problème a remis en question les fondements mêmes de la solidarité européenne.

Le Premier ministre de Macédoine du Nord, Zoran Zaev, qui s’est rendu au siège de l’UE cette semaine, a déclaré mardi qu’il avait « une mission claire à Bruxelles ces jours-ci, celle de faire passer le message des citoyens de Macédoine du Nord aux responsables de l’UE, à savoir que nous travaillons dur et que nous avons tenu parole et que nous voulons donner notre juste part à l’avenir de l’Europe ».

« Nous ne demandons pas plus que ce que nous méritons, à savoir la tenue de la première conférence intergouvernementale dès que possible. Un échec pour la Macédoine du Nord sera un message de découragement pour l’ensemble des Balkans occidentaux », a déclaré M. Zaev à l’issue de ses entretiens avec le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Il n’a pas fait explicitement référence aux problèmes avec la Bulgarie.

Toutefois, le changement de gouvernement en Bulgarie – qu’il s’agisse du cabinet intérimaire ou du nouveau gouvernement qui sera formé après les élections de juillet – ne devrait pas modifier la position du pays vis-à-vis de Skopje, en l’absence de progrès tangibles au niveau bilatéral.

Les tensions devraient "naturellement diminuer" après les élections bulgares selon le ministre de la justice macédonien

Les tensions entre la Macédoine du Nord et son voisin oriental, la Bulgarie devraient « naturellement diminuer » après les élections à venir, a déclaré à EURACTIV le ministre de la Justice de Macédoine du Nord, Bojan Marichikj.

Supporter

Mission of Georgia to the European Union

Sur Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer