L’Europe s’insurge face au bloquage de Twitter en Turquie

twitter_turkey_bird_social_media_block_ebert.jpg

Les chefs d'État ont exprimé leur réprobation suite au blocage par le gouvernement turc de Twitter. Cette décision contre les principes démocratiques et de liberté d'expression remet en question le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE. Une contribution d'EURACTIV Turquie

La plateforme Twitter est bloquée depuis ce matin (21 mars) selon les utilisateurs turcs qui ne peuvent plus accéder automatiquement à leur compte. Au lieu de ça, ils sont redirigés vers une déclaration qui viendrait selon toute vraisemblance de l'autorité turque des télécommunications.

Le blocage serait la conséquence d'une décision gouvernementale en vue de museler l'opposition à l’approche des élections municipales du 30 mars prochain. Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdo?an a déclaré jeudi 20 mars lors d'un discours électoral qu'il comptait balayer Twitter du paysage numérique turc.

« Je n'ai que faire de ce que dit la communauté internationale. Chacun constatera le pouvoir de République turque », a-t-il affirmé, propos rapportés par la BBC.

Les chefs d'État européens ont fait part de leur consternation face à la violation flagrante de la liberté d'expression. La commissaire européenne à la stratégie numérique, Neelie Kroes, a réagi : « C'est une triste journée. [C'est une décision] contre la démocratie. [C'est une décision] contre les valeurs européennes. C'est inacceptable. »

L'eurodéputé néerlandais Ria Oomen-Ruijten du groupe PPE, a quant à lui dit déclaré : « Bloquer les médias sociaux est inacceptable dans un régime démocratique et dans un état de droit. Je demande au gouvernement turc de remédier à la situation dans les plus brefs délais. »

En novembre dernier, l'UE et la Turquie ont relancé les négociations d'adhésion après avoir été suspendues pendant trois ans. Elles sont en cours depuis 2005, mais la question de la liberté d'expression constitue un sérieux obstacle dans le cadre des discussions bilatérales.

Pendant ce temps, le président turc continue de twitter

Les utilisateurs de Twitter peuvent facilement contourner « l'interdiction » en changeant leurs détails DNS. Plusieurs personnalités politiques de premier rang, issues à la fois de l'opposition et des partis gouvernementaux, ont utilisé leur compte twitter aujourd'hui même.

Le président turc Abdullah Gül a réagi face à l'interdiction gouvernementale, notamment en utilisant son compte twitter pour twitter toute une série de tweets : « Bloquer les plateformes de média sociaux est absolument inacceptable. […] S'il existe des exemples condamnables de violation de la vie privée, seules les pages pertinentes devraient être bloquées sur décision judiciaire. J'espère que cette ne situation ne perdurera pas. »

Les élections municipales ont lieu le 30 mars prochain. Recep Tayyip Erdo?an est frappé par un gigantesque scandale d'écoutes téléphoniques qui prouverait l’existence de pratiques de corruption, d‘appels d'offres truqués et de pressions sur les médias. Les enregistrements ont été mis sur YouTube, qui a été en conséquence brièvement bloqué par le gouvernement turc.

En février, le gouvernement turc a renforcé son contrôle sur l'usage d'Internet après que le Parlement turc a adopté une loi permettant aux sociétés de télécommunication de bloquer les sites Internet sans avoir à passer par une procédure judiciaire.

L'UE a ouvert les négociations d'adhésion en octobre 2005, mais de nombreux obstacles de taille ralentissent les progrès d'Ankara, en particulier en ce qui concerne les relations de la Turquie avec Chypre, les droits de l'Homme et des minorités, ainsi que la liberté d'expression.

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan est confronté à une forte opposition à cause de sa politique répressive que mène son gouvernement contre la liberté de la presse et la liberté de parole. L'été dernier, des manifestants ont occupé le parc Taksim Gezi pendant plusieurs semaines. Progressivement la manifestation s'est transformée en vague protestataire pour le respect des valeurs démocratiques et de la laïcité au sein du pays.

Supporter

Ce partenaire soutient le travail d'EURACTIV sur Élargissement. Ce soutien permet à EURACTIV de consacrer des ressources éditoriales supplémentaires pour couvrir le sujet plus amplement et en profondeur. Le contenu éditorial d'EURACTIV ne reflète pas les opinions de ses partenaires.

Mission of Georgia to the European Union

Sur Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe