La Bosnie à la traine, avertit Mme Clinton

Mostar bridge Bosnia.jpg

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a averti la Bosnie hier (12 octobre) : le pays doit rattraper ses voisins et intégrer l'Europe dans la mesure où il est temps pour la Bosnie de s'unir pour respecter la promesse d'accords de 1995.

Lors d'une rencontre à Sarajevo avec des étudiants universitaires, Hillary Clinton a salué les progrès réalisés jusqu'à présent mais elle a rappelé qu'il restait beaucoup à faire pour construire le futur européen de la Bosnie.

"La haine est moins vive, mais le nationalisme persiste. Dans le même temps, la promesse d'une meilleure stabilité, représentée par l'intégration du pays en Europe, reste hors d'atteinte", a expliqué Mme Clinton, insistant pour que le pays mette de côté ses différences ethniques et remplisse les exigences nécessaires pour rejoindre l'UE et l'OTAN.

"Vos voisins avancent dans cette direction. Ils savent qu'intégrer l'Europe est la meilleure manière d'atteindre une croissance économique constante et une stabilité politique à long terme. Il est temps que les citoyens de ce pays se fassent entendre", a-t-elle ajouté.

Le voyage de Mme Clinton, qui l'a également amenée en Serbie et au Kosovo, se déroule une semaine après le scrutin bosniaque qui semble avoir renforcé l'impasse entre les populations musulmane, croate et serbe du pays.

Les fonctionnaires américains espèrent que la visite en Bosnie, où le président Bill Clinton avait contribué à l'indépendance du pays après le démantèlement de la Yougoslavie, stimulera les efforts de renforcement du gouvernement central et permettra de lancer des réformes politiques et économiques.

"La famille Clinton est prête à s'engager personnellement pour aider la Bosnie Herzégovine dans la mesure où Bill Clinton souhaite que son projet soit mené à terme", a déclaré Bakir Izetbegovic, récemment élu représentant musulman à la présidence collégiale de Bosnie, en parlant de sa conversation avec Mme Clinton.

"De fausses promesses"

A Sarajevo, Mme Clinton a parlé avec des jeunes qui se rappelaient à peine la guerre de 1992-95 durant laquelle près de 100 000 personnes perdirent la vie et elle les a encouragé à regarder vers l'avenir.

"Je les encourage, comme je le fais avec tous les citoyens, à rejeter les fausses promesses des agendas nationalistes", a dit Mme Clinton lors d'un rassemblement de dirigeants bosniaques serbes, musulmans et croates après l'ouverture d'un nouveau bâtiment de l'ambassade américaine à Sarajevo.

"Personne ne sera capable de mettre en place un futur stable et prospère pour ce pays en ravivant les animosités du passé. Cela ne mènerait qu'à plus de méfiance, de désunion, de stagnation et de pauvreté", a-t-elle ajouté.

Quinze ans après la fin de la guerre, la Bosnie est à la traîne en comparaison avec les pays des Balkans occidentaux qui espèrent rejoindre l'UE et à terme l'OTAN, des objectifs considérés par Bruxelles et Washington comme essentiels à la stabilité régionale. Les fonctionnaires américains veulent que la Bosnie accélère ses réformes constitutionnelles et économiques nécessaires à son adhésion à l'UE.

(EURACTIV avec Reuters. Article traduit de l'anglais par EURACTIV)

Bill Clinton, le 42e président des Etats Unis, est extrêmement populaire en Bosnie-Herzégovine (BiH) étant donné qu'il a supervisé les accords de paix de Dayton en 1995 qui ont mis fin à une guerre de trois ans et demi en Bosnie.

Suite à la déclaration d'indépendance de la BiH en 1992, un violent conflit a éclaté entre les Serbes, les Bosniaques (musulmans) et les Croates, provoquant la mort de 100 000 personnes. La dernière intervention militaire internationale sous les auspices de l'ONU a débouché sur une campagne de bombardement orchestrée par l'OTAN contre les forces bosniaques serbes en 1995, ce qui a mené à l'accord de Dayton, donnant lieu à la situation actuelle et à la structure géopolitique de la BiH.   

Le conflit a donné lieu à un nettoyage ethnique et à de nombreuses atrocités bien pires que le massacre de Srebrenica en 1995 lorsque environ 8000 Bosniaques de sexe masculin avaient été tués par l'armée de la République serbe et d'autres unités paramilitaires malgré la présence de 400  soldats de la paix néerlandais sur la zone.

La BiH est officiellement une fédération divisée en deux entités partenaires indépendantes : la Fédération bosniaque croate et la République serbe. Les deux entités ont leurs propres gouvernements, législature et forces de l'ordre mais se rassemblent dans un gouvernement fédéral central dirigé par une présidence tournante alternant tous les huit mois entre un président bosniaque, croate et serbe.

La responsabilité de l'administration civile de l'accord de Dayton revient à un haut représentant (HR) qui joue également le rôle de représentant spécial de l'UE depuis 2002. La sécurité et la stabilité sont maintenues par les forces internationales de sécurité transférées de l'OTAN à l'UE en 2004.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.