Le Danemark soutient l’élargissement et juge la proposition de « communauté politique européenne » d’Emmanuel Macron floue

« Nous soutenons l’avis de la Commission européenne sur l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine », a confié le ministre danois des Affaires étrangères Jeppe Kofod à EURACTIV.

Copenhague déclare désormais soutenir l’élargissement de l’Union européenne, en particulier celui à l’Ukraine, alors que les dirigeants européens doivent bientôt se réunir à Bruxelles pour décider de l’avenir du bloc. Cela marque un changement de position clair de la part du Danemark.

« Nous soutenons l’avis de la Commission européenne sur l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine », a confié le ministre danois des Affaires étrangères Jeppe Kofod à EURACTIV à Luxembourg.

« Il est clair que le travail de réforme, et en parallèle, la reconstruction de l’Ukraine représenteront des efforts considérables, et le Danemark sera le partenaire de l’Ukraine ici », a-t-il ajouté.

Certains États membres de l’UE, dont le Danemark et le Portugal, ont exprimé une forte réticence à accorder le statut de candidat à Kiev avant de recevoir l’avis de la Commission européenne sur la question, estimant que si l’Ukraine n’était pas en guerre, elle ne remplirait pas les conditions pour entamer le processus d’intégration.

L’Ukraine et la Moldavie devraient obtenir le statut de candidat mais la Géorgie pourrait devoir attendre, selon l’exécutif européen

L’UE devrait accorder le statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie, ce qui les rapprocherait de l’adhésion à l’Union, tandis que la Géorgie devrait encore faire des efforts, a déclaré vendredi (17 juin) la Commission européenne.

M. Kofod a également déclaré qu’il serait satisfait que « nous nous concentrions désormais davantage sur les Balkans occidentaux, car cela est nécessaire depuis de nombreuses années ».

« Le processus d’élargissement et la politique qui l’entoure, l’investissement dans celui-ci, sont plus importants que jamais », a-t-il déclaré, ajoutant que Copenhague soutiendrait « fermement » la Macédoine du Nord et l’Albanie dans leur processus d’adhésion.

« Nous voulons assurer une approche méritocratique de l’élargissement, car c’est la meilleure façon de garantir que ces pays rempliront finalement les conditions requises pour devenir membres de l’UE sur les questions de démocratie, d’État de droit, d’économie et autres », estime M. Kofod.

Pas de modification des traités

Interrogé par EURACTIV sur la proposition du président français Emmanuel Macron, M. Kofod a répondu que l’on ne savait pas encore réellement ce que cela impliquerait en pratique.

En mai, M. Macron avait présenté une proposition de nouvelle « communauté politique européenne » qui permettrait à l’Ukraine et à d’autres pays actuellement en dehors du cadre de l’UE d’être plus étroitement associés à cette dernière sans pour autant en devenir membres.

« Le fait que nous aidions nos voisins, candidats à l’adhésion à l’UE, à se rapprocher des valeurs démocratiques européennes et que nous les aidions dans leur parcours est quelque chose que nous soutenons — mais pas en tant qu’alternative au processus d’élargissement », a déclaré M. Kofod.

Il a également rejeté l’idée d’abolir l’unanimité dans l’élaboration de la politique étrangère du bloc.

En outre, le Danemark fait partie du tiers des États membres de l’UE qui se sont opposés au lancement d’une procédure de modification des traités de l’Union encouragée par le Parlement européen.

« Nous pensons que nous sommes beaucoup plus forts lorsque les 27 membres de l’UE sont unis autour d’un objectif commun et ne veulent pas voir les intérêts fondamentaux des États membres modifiés », a affirmé M. Kofod.

Emmanuel Macron propose une alternative à l’élargissement de l’UE

Emmanuel Macron a présenté une proposition de nouvelle « communauté politique européenne » qui permettrait à l’Ukraine ainsi qu’à d’autres pays en dehors du cadre de l’UE d’être plus étroitement associés à cette dernière.

Subscribe to our newsletters

Subscribe