Moscou financera la modernisation de l’armée abkhaze

[Kremlin pool/EPA/EFE]

Le président russe, Vladimir Poutine, a approuvé une proposition de son gouvernement visant à financer la modernisation des forces armées de la République d’Abkhazie.

La Géorgie a perdu le contrôle de l’Abkhazie peu de temps après la guerre qui a opposé Tbilissi à Moscou du 7 août 2008 au 16 août 2008. C’est d’ailleurs à la suite de leur victoire que les Russes ont reconnu l’indépendance de cette région située sur la côte de la mer Noire, au sud des montagnes du Grand Caucase, dans le nord-ouest de la Géorgie.

La Russie, dont les troupes sont déployées sur le territoire abkhaze, signera un accord pour financer la modernisation des forces armées d’Abkhazie une fois les négociations terminées, a indiqué le gouvernement.

De son côté, la Géorgie a sanctionné cette décision et considère l’accord de la Russie avec l’Abkhazie comme illégal.

« Il s’agit d’une nouvelle mesure illégale de la fédération de Russie afin d’intégrer les régions géorgiennes dans sa sphère militaire et politique, ce qui est en continuité avec son projet d’annexion », soutient Vladimer Konstantinidi, porte-parole géorgien du ministère des Affaires étrangères.

Dix ans après l'annexion russe, la Géorgie attend toujours son adhésion à l'OTAN

Les ministres des Affaires étrangères polonais, lituanien, letton et ukrainien ont participé aux commémorations de l’invasion russe de 2008 en Géorgie. Ils espèrent une adhésion rapide à l’OTAN.

Le pays, qui aspire à rejoindre l’UE et l’OTAN, n’a établi aucune relation diplomatique avec la Russie depuis 2008. Il souhaite, en outre, reprendre le contrôle de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, une autre région sécessionniste également à l’origine de la brève guerre de 2008 et réclame aussi le retrait des troupes russes.

Le navire européen, lui, soutient l’intégrité territoriale de la Géorgie, avec l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud.

 

Supporter

Mission of Georgia to the European Union

Sur Twitter

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.