2022 : les candidats entament le sprint final vers la présidentielle

A moins de 100 jours du scrutin, les 10 et 21 avril 2022, les candidats reprennent leur bâton de pèlerin dès ce lundi (3 janvier) pour aborder un mois de janvier potentiellement décisif dans la course à l'Élysée. [Kiev.Victor/Shutterstock]

Passée la période des fêtes, les candidats à la présidentielle entament ce lundi (3 janvier) leur sprint final vers l’Elysée, pour lequel ils devront relever de nombreux défis, à commencer par ceux de la crise sanitaire et de l’abstention.

A moins de 100 jours du scrutin, les 10 et 21 avril 2022, la crainte est que la situation épidémique anesthésie la campagne et nourrisse l’abstention, qui avait déjà battu des records aux régionales de juin dernier. En attendant, les candidats reprennent leur bâton de pèlerin dès ce lundi (3 janvier) pour aborder un mois de janvier qui s’est, par le passé, souvent montré décisif pour éclaircir les rapports de force.

Emmanuel Macron et le défi de la réélection

En tête dans les sondages, Emmanuel Macron a formulé vendredi (31 décembre) des voeux résolument optimistes sur le sanitaire, l’économie et son bilan mais aussi « pour 2022 ». Sans aller jusqu’à confirmer sa candidature, dont personne pourtant ne doute. Sa reconduction relèverait de l’exploit : il deviendrait le premier président de la République réélu au suffrage universel hors cohabitation.

Emmanuel Macron devrait faire de la présidence de l’Union européenne par la France un axe de campagne. Il accueillera jeudi 6 et vendredi 7 janvier à Paris le collège des 27 commissaires européens et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Les semaines à venir seront centrées sur la gestion de la pandémie, mais aussi « la France de tous les possibles », explique l’Elysée, avec des déplacements autour des grandes thématiques d’action pour montrer ce qui a été déjà réalisé.

Valérie Pécresse et la deuxième place

L’investiture, début décembre 2021, de Valérie Pécresse par LR a propulsé la patronne de la région Île-de-France au premier tour juste derrière Emmanuel Macron, selon de récents sondages.

Une dynamique qu’elle entend bien conserver pour séduire un électorat de droite qui pourrait être tenté soit par Emmanuel Macron, soit par Eric Zemmour. Le président de LR, Christian Jacob, a intimé samedi (1er janvier) les militants à se « rassembler » derrière la candidate.

Première femme candidate à l’Elysée pour la droite, Valérie Pécresse débutera la nouvelle année par un déplacement à Pantin (Seine-Saint-Denis) sur le thème des violences faites aux femmes, avant de parler régalien en région ce jeudi (6 janvier).

PFUE : le drapeau européen sous l'Arc de Triomphe provoque une polémique éclair

Il n’aura flotté sous l’Arc de Triomphe que le temps d’une journée. Pourtant, le drapeau européen a provoqué une vive polémique en France, laissant présager une présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) éminemment politique.

A l’extrême droite, surmonter la division

Valérie Pécresse est talonnée dans les sondages par les candidats d’extrême-droite. L’arrivée d’Eric Zemmour dans la course à la présidentielle a bouleversé les plans de Marine Le Pen, qui était jusque là donnée au second tour mais reste devant l’ancien éditorialiste.

Les deux candidats du RN et de Reconquête sont en concurrence pour défier Emmanuel Macron, la première cherchant à incarner un RN dédiabolisé.

Marine Le Pen consacrera son premier déplacement de 2022 aux terres tentées par le vote Zemmour, notamment Béziers (Hérault) vendredi (7 janvier), où le maire Robert Ménard officialisera son parrainage, et Perpignan (Pyrénées orientales). Suivra une « convention présidentielle » le 15 janvier à Reims.

Eric Zemmour fera, lui, campagne vendredi (7 janvier) à Châteaudun (Eure-et-Loir) où il tiendra une plus modeste réunion publique.

A gauche, l’union ou la « clarté »

A gauche, où aucun candidat n’est pour l’instant en mesure de rivaliser, l’écrémage n’a pas (encore ?) eu lieu.

D’un côté, la socialiste Anne Hidalgo et l’ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira vont continuer à pousser pour l’union, soutenant la « Primaire populaire » dont un vote des plus de 300000 inscrits se déroulera du 27 au 30 janvier.

La première, en difficulté, devrait tenir meeting le 22 janvier pour tenter d’apparaître comme la rassembleuse. La seconde va accélérer les déplacements et ce dès la semaine prochaine, préparant une possible annonce de candidature à la mi-janvier.

Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel (PCF) et Yannick Jadot, eux, continueront dans leur couloir, persuadés qu’il faut de la « clarté » plutôt que s’embourber dans des alliances compliquées. Le leader de LFI, arrivé quatrième à la présidentielle de 2017, premier à gauche sans creuser l’écart dans les sondages, sera sur France Inter ce lundi matin (3 janvier) et mise gros sur un meeting annoncé comme novateur le 16 janvier à Nantes.

L’écologiste tentera, quant à lui, de relancer une campagne qui patine avec un déplacement sur la jeunesse mercredi (5 janvier) à Bordeaux et ses voeux à la presse vendredi (7 janvier).

Présidentielle : Hidalgo présente son projet pour "vivre mieux" dans l'UE

Anne Hidalgo a présenté jeudi 16 décembre son projet pour « vivre mieux » dans l’UE à l’heure où « un vent mauvais souffle sur le débat européen » selon elle.

Subscribe to our newsletters

Subscribe