Clap de fin pour la Commission Barroso

Jean-Claude Juncker remplacera José Manuel Barroso à la tête de la Commission dès le 3 novembre (Credit: [Mark III Photonics]/Shutterstock)

Après dix à la tête de l’exécutif européen, l’équipe de José Manuel Barroso prend congé du Berlaymont. Régulièrement critiqué depuis sa nomination, le président a tenté de soigner sa sortie avant de passer le relais au nouveau collège des commissaires européens dès le 1er novembre.

José Manuel Barroso a clôturé ses 10 années de mandat à la tête de la Commission par une dernière conférence de presse le 29 octobre dernier.

Le nouvel ancien président  de la Commission ne tire pas de bilan totalement positif de ses deux années à la tête de la Commission européenne mais se dit fier d’avoir aidé à orienter  le bloc de 28 pays à travers les crises économiques.

Lors de son ultime conférence de presse suivant la dernière réunion du collège des commissaires (424 au cours des 10 ans de mandats), le Portugais a rappelé les grands accomplissements effectués sous sa houlette, notamment celui de l’élargissement. « Imaginons un instant que ces pays  (Bulgarie et Roumanie) n’aient pas rejoint l’Union européenne. Si c’était le cas, nous ne parlerions sans doute pas uniquement de l’Ukraine à l’heure qu’il est, mais probablement également de la Bulgarie ou des pays baltes  », a estimé le président sortant.

Mais aussi la gestion de la crise de la zone euro.  «La Commission a été la seule à continuer à défendre, au plus fort de la crise, le maintien de la Grèce dans la zone euro » a-t-il rappelé.

>>Lire: José Manuel Barroso : « Sans l’UE, la Russie n’aurait fait qu’une bouchée de la Bulgarie et des pays baltes »

Pour tourner la page sur une note positive, José Manuel Barroso a annoncé, lors de sa dernière journée de travail à la Commission (31 octobre), un accord entre la Russie et l’Ukraine sur la question de la dette de l’énergie et sur une solution temporaire pour l’accès de l’Ukraine à la fourniture en gaz pour cet hiver.

>> A lire aussi : L’Ukraine, La Russie et l’UE signent un accord sur le gaz

José Manuel Barroso est à présent libéré de ses responsabilités. Même s’il avoue ne pas avoir encore pris de décision sur son avenir, il n’entend pas renouer tout de suite avec la politique et veut tourner la page. Lors d’une interview pour RFI et France 24, l’ex-patron du Berlaymont a annoncé envisager de rédiger un livre pour raconter son expérience en Europe et dans le monde.

>> A lire aussi : Barroso fait le bilan de ses 10 ans à la tête de la Commission

De son côté, l’équipe de porte-paroles de la Commission européenne sortante a elle aussi fait ses adieux à la presse de Bruxelles vendredi 31 octobre, en attendant le début le lundi du travail pour la Commission JunckerPia Ahrenkilde Hansen, la porte-parole danois de la Commission, a rendu hommage à la fois à ses collègues et aux journalistes, sans qui selon, la porte-parole, les messages de l’exécutif de l’UE ne seraient pas parvenus à un public plus large.

Barroso ne sera pas regretté

Souvent qualifié de « candidat par défaut » lors de son accession à la tête de l’exécutif européen en 2004, Barroso aura essuyé les critiques jusqu’aux derniers jours de ses fonctions.

Du côté des eurodéputés socialistes, le départ du président Barroso est vécu comme une bonne nouvelle. « Après 10 années de M. Barroso, le constat est sans appel : le chômage de masse menace jusqu’à l’existence du projet européen, la crise n’en finit plus de faire des ravages », déclarent les eurodéputés socialistes français dans un communiqué, estimant que les avancé de l’Europe de ces 10 dernières années, se sont faites contre le chef de la Commission.

En novembre 2012, les eurodéputés ont facilement approuvé une résolution en faveur d'une campagne plus politique avant les élections européennes et d'une anticipation de la date des élections, à savoir les 15-18 mai ou les 22-25 mai 2014.

Cette modification permettrait aux eurodéputés de donner leur accord sur le nouveau président de la Commission européenne avant les vacances d'été et d'organiser les auditions d’approbation des nouveaux commissaires en automne.

La nouvelle Commission entrera en fonction le 3 novembre 2014.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.