La Hongrie nomme son ministre des Affaires étrangères à la Commission européenne

Tibor Navracsics (à droite) en discussion avec Johannes Hahn, commissaire autrichien  [European Commission]

Tibor Navracsics (à droite) en discussion avec Johannes Hahn, commissaire autrichien [European Commission]

Tibor Navracsics, le ministre hongrois des Affaires étrangères et du commerce, a été confirmé pour siéger au sein du prochain collège des commissaires.

Les États membres annoncent peu à peu leur candidat pour la prochaine Commission. Le 30 juillet, Tibor Navracsics, le ministre hongrois des Affaires étrangères et du commerce, a confirmé sur son compte Twitter sa nomination au sein du prochain exécutif européen. 

Le ministre, âgé de 48 ans, était le candidat favori pour au poste de commissaire. Il prendra la succession de László Andor, commissaire en charge de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion ces cinq dernières années.

Tibor Navracsics, membre du Fidesz, l’actuel parti au gouvernement, a travaillé étroitement par le passé avec Viktor Orbán, le très controversé premier ministre hongrois. Il était le chef du département de communication du premier gouvernement Orbán à la fin des années 1990.

Au niveau européen, le Fidesz est membre du Parti populaire européen (PPE). Il appartient donc à la même famille politique que Jean-Claude Juncker, le président de la Commission nouvellement élu.

Ce dernier, chargé de constituer un nouveau collège de commissaire, a demandé aux gouvernements de proposer des candidates afin d’assurer la parité au sein du prochain exécutif. Mais, Tibor Navracsics est le dernier d’une longue série de nomination d’hommes : 17 hommes contre trois femmes seulement.

Seuls six pays n’ont toujours pas révélé le nom de leur candidat à un poste de commissaire: l’Italie, la Belgique, le Portugal, les Pays-Bas, la Slovénie et la Roumanie.  

>> Pour suivre en direct la constitution de la nouvelle Commission : cliquez ici

Le Parlement élit à la majorité le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil européen votée à la majorité qualifiée. Le choix du candidat à la présidence de la Commission devrait prendre en compte les résultats des élections du Parlement européen.

Ensemble avec le futur président de l'exécutif, le Conseil adopte ensuite la liste des autres membres du collège des commissaires. Ce sont les États membres qui proposent leur candidat à la Commission européenne. L’ensemble de la Commission est également soumis à l'approbation du Parlement européen. Le collège des commissaires est ensuite officiellement désigné par le Conseil européen à la majorité qualifiée.

 >> Lire notre LinksDossier hautes fonctions européennes : à qui le tour ? et notre page sur la nouvelle Commission

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.