Le Front national s’inquiète de « dysfonctionnements » dans le scrutin

Un bureau de vote à Paris dans le 3ième arrondissement

Le Front national s’est inquiété dimanche dans un communiqué de « dysfonctionnements quant à la régularité du scrutin ».

« Dans de nombreux bureaux, a été notée l’absence de bulletins de vote du Front National, ou la présence de bulletins de vote du Front National ne correspondant pas à la circonscription électorale du bureau concerné » précise le parti.

Selon nos informations, le Front national a fait constater des irrégularités en Île de France par des huissiers, à la fois dans l’envoi de la propagande électorale et dans les bulletins de vote, dans les mairies, depuis jeudi dernier.

>>Lire aussi Panique à bord sur la propagande électorale des européennes

Les irrégularités évoquées par le parti d’extrême-droite auraient été constatées en Île de France.

Soit dans le 3ème arrondissement de Paris, dans l’Essonne et dans la Seine-et-Marne. La Saône-et-Loire, la Nièvre ou la Moselle ont également été citées par le parti, qui estime que « la multiplicité des remontées (…) laisse penser que la fraude est massive ».

Le ministère de l’Intérieur a fermement réfuté ces hypothèses dimanche.

« Il apparaît qu’aucun des faits avancés n’est en mesure de porter atteinte à la sincérité du scrutin, soit parce qu’ils ne sont pas avérés, soit parce qu’ils avaient déjà été traités » a précisé le ministère, ajoutant qu’il fallait « ramener ce problème à sa juste valeur, parce que dans toutes les élections il y a des petits problèmes ».

Les candidats de l’Est en Ile-de-France

Certains bulletins de vote de la liste de Florian Philippot, tête de liste dans la région Est, se seraient égarés en Seine et Marne selon le parti. Chez Europe citoyenne, on s’inquiétait aussi des livraisons des bulletins. Une tentative de la part de ces partis de faire un peu de bruit supplémentaire n’est néanmoins pas exclue. Les communiqués et communications des hommes et femmes politiques sont théoriquement interdits entre le vendredi soir minuit et la clôture des bureaux de vote en France, à 20 h.

46 millions d’électeurs sont appelés aux urnes en France, et la logistique et l’organisation du vote ont posé problème en raison de la multiplication des listes. 193 listes et plus de 3000 candidats se sont présentés pour cette élections qui permettra de choisir 74 députés français sur les 751 que comptera le Parlement européen de 2014 à 2019.

Des professions de fois reçues la veille du vote

Certaines voix plaident de longue date pour la dématérialisation de la campagne électorale, qui entraîne des frais important pour un impact modeste.

Le budget payé par l’Etat pour la distribution des professions de foi des candidats était de 27 millions d’euros.

De surcroît, de nombreux électeurs ont reçu les documents présentant les candidats la veille du scrutin, samedi 24 mai.

Notamment à Paris où 31 listes différentes se présentaient, ce qui laisse peu de temps de réflexion aux électeurs.

 

 

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer