Le PS attaque le bilan de la droite pour lancer la campagne des européennes

harlem_desir_ps.jpg

Le Parti socialiste français a donné le coup d’envoi de sa campagne pour les élections européennes. Il ambitionne de rafler la majorité au Parlement européen à la droite. 

Alors que les élections municipales arrivent à grands pas, le parti socialiste français (PS) a donné le coup d’envoi de la campagne électorale pour les élections européennes de mai 2014.

À l’occasion d’une conférence de presse, le premier secrétaire du parti et tête de liste en région Ile-de-France, Harlem Désir a affirmé l’ambition des socialistes européens de s’emparer de la majorité au Parlement européen et du poste de président de l’exécutif européen.

« L’Europe […] doit tourner la page des gouvernements libéraux et conservateurs, qui depuis des années ont abîmé le rêve européen. Leur soutien aveugle à la dérégulation, à la concurrence généralisée, au dumping fiscal et social, n’a conduit qu’à l’austérité, au chômage et à la flambée des populismes sur le continent » a dénoncé Harlem Désir.

>>Lire l'interview d'Édouard Martin : «Barroso a rendu eurosceptiques les européens convaincus ! »

Le lancement de la campagne française a fait suite à l’élection de l’actuel président du Parlement européen,  Martin Schultz lors du le congrès du Parti socialiste européen (PSE) à Rome. L’eurodéputé allemand a été officiellement désigné tête de liste et candidat pour la présidence de la future Commission européenne des socialistes et des sociaux-démocrates européens.

Au cours du congrès, « nous avons adopté une stratégie et un programme communs, le Manifesto, qui définit les grands axes de notre politique de réorientation européenne […] et nous avons désigné notre candidat pour incarner ce programme et cette stratégie, Martin Schulz » a détaillé Harlem Désir.

Un débat présidentiel

De son côté, la droite européenne (Parti populaire européen) n’a pas encore officiellement désigné son candidat pour l’échéance de mai, même si l’ancien premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, fait figure de favori face à l’actuel commissaire français au marché intérieur, Michel Barnier.

Pour mobiliser les électeurs à l’approche des élections européennes, les candidats à la présidence de la prochaine Commission des partis européens devraient s’affronter lors de débats télévisés.

 « Nous souhaitons vivement qu’il y ait un débat avec le candidat du PPE », a affirmé Harlem Désir. « C’est une nécessitée sur le plan démocratique ». Pour les socialistes, le débat « présidentiel » représente également l’occasion de confronter le PPE au bilan de la Commission sortante et de son président José Manuel Barroso.

« Le candidat du PPE quel devra rendre compte de son bilan » a expliqué l’eurodéputé, pointant notamment des sujets tels que le dumping social ou la gestion de la crise.

« Nous partons dans un climat européen de sanction des équipes sortantes de la droite européenne, qui a conduit une politique d'austérité, de récession et d'immobilisme sur le plan économique et social » a détaillé Jean-Christophe Cambadélis, directeur de campagne des élections européennes.

Des sondages positifs au niveau européen

En France, les socialistes sont crédités de 16 % des intentions de vote, selon les résultats d’un sondage d’Opinion Way pour Le Figaro et LCI en février 2014. Une estimation qui place les socialistes derrière l’UMP (22 %) et le Front national (20 %).

Au niveau européen,  les perspectives semblent cependant meilleures pour les socialistes. Selon les estimations réalisées par le site Pollwatch 2014, le groupe socialiste au Parlement européen (S&D) remporterait 217 sièges, devant le Parti populaire européen (PPE) qui totaliserait 200 élus européens.

Priorité emploi

Le secrétaire général du Parti socialiste, accompagné par une partie des candidats à l’élection européenne, dont la présidente de la délégation socialiste au Parlement européen, Catherine Trautmann, ou encore le syndicaliste Édouard Martin, a par ailleurs placé l’emploi au cœur du programme de la campagne.

« L’emploi sera notre priorité », a affirmé l’eurodéputé, mentionnant notamment le combat en faveur d’un salaire minimum européen.  Pour lutter contre le chômage des jeunes en particulier, le secrétaire général du PS a annoncé vouloir renforcer le budget pour la garantie jeune.

Parmi les autres priorités Harlem Désir a évoqué l’engagement en faveur d’une communauté européenne de l’énergie,  la lutte contre l’évasion fiscale la régulation bancaire et l’instauration d’une taxe européenne sur les transactions financières.

Un calendrier serré

Si le coup d’envoi de la campagne est donné, la tenue des municipales à la fin du mois de mars reste pour l’heure la priorité. Le parti socialiste mise pour le moment sur une campagne interactive avec le lancement du site choisirnotreeurope.fr, sur lequel les électeurs pourront envoyer leurs questions à Martin Schultz et aux candidats aux élections européennes. La tenue du premier grand meeting électorale aura ensuite lieu à Paris le 17 avril. 

Les élections européennes de mai 2014 seront les premières organisées depuis le traité de Lisbonne, qui renforce le pouvoir du Parlement dans le processus de nomination du président de la Commission.

Avant décembre 2009, date de l'entrée de vigueur du traité de Lisbonne, les dirigeants des États européens choisissaient le président à huis clos dans le cadre d'un accord sur l'ensemble des hautes fonctions européennes à pourvoir.

En vertu de l'article 17, paragraphe 7 du TUE, les dirigeants des États européens doivent maintenant « tenir compte » des résultats des élections européennes et désigner leurs candidats à l'issue de « consultations appropriées ».

Les partis ont pris les choses en main et ont désigné leur propre candidat à la présidence de la Commission. Ces candidats mèneront la campagne paneuropéenne. À l'issue des élections en mai, la plus grande force politique au Parlement européen devrait normalement présenter son candidat pour succéder à l'actuel président de la Commission, José Manuel Barroso.

  • 23 et 30 mars 2014: élections municipales en France 
  • 17 avril : premier des 8 grands meetings régionaux du Parti socialiste à Paris 
  • 22-25 mai 2014: élections européennes dans les 28 Etats membres

Subscribe to our newsletters

Subscribe