Les centristes roumains rejoignent le PPE

Crin Antonescu

Crin Antonescu

Crin Antonescu, le président du Parti national libéral (PNL) a annoncé que son parti allait s’affilier avec le Parti populaire européen. Une mauvaise nouvelle pour l’ADLE, dont le PNL était membre. Un article d’EURACTIV Roumanie.

Crin Antonescu, le président du Parti national libéral (PNL) a annoncé le 26 mai que son parti ne s’affiliera pas de nouveau avec l’ADLE, mais avec le PPE. Il a aussi annoncé sa démission, car son parti a obtenu moins de 20 % des votes, l’objectif qu’il s’était fixé.

« Au vu du contexte européen, je vais demander au Bureau du parti – l’organe exécutif – de permettre aux eurodéputés libéraux [roumains] de rejoindre le PPE », a-t-il déclaré.

Il a donné deux raisons à l’origine de cette décision : premièrement, il ne veut pas prendre le risque que la prochaine Commission européenne soit sous la coupe d’un président socialiste. Les résultats des élections européennes semblent démentir cette éventualité.

Deuxièmement, il voit une « compatibilité doctrinale » entre le PPE et le PNL, ce dernier étant traditionnellement un parti de centre droit.

« Cette décision signifie que les hommes et femmes politiques de droite devraient joindre leurs forces au sein de l’UE et en Roumanie », a expliqué Crin Antonescu devant la presse bruxelloise.

Cette décision est une mauvaise nouvelle pour l’ADLE, qui regroupe 72 eurodéputés et est le troisième plus grand groupe au Parlement européen.

Le parti a fait une coalition avec le Parti social-démocrate (PSD) du premier ministre Victor Ponta, à la sortie des élections de 2012.

Cependant, en février dernier, la coalition PSD et PNL a pris fin à la suite de tensions entre les deux partis. Mais Victor Ponta a su maintenir une majorité parlementaire grâce à une alliance avec deux forces politiques plus petites, le Parti conservateur (PC) et l’Union nationale pour le progrès de la Roumanie (UNPR). Son ancien partenaire de coalition, le PNL, s’est retrouvé alors dans l’opposition. Sur la même période, un nouveau parti de droite, le Mouvement populaire, a récupéré plusieurs députés du Parti libéral-démocrate (PDL) et a en outre reçu le soutien du président Traian B?sescu.

Des électrons libres

Selon certains sondages, le PSD, en coalition avec le PC et l’UNPR, a obtenu 37,4 % des votes.Le deuxième parti est le PNL et le troisième est le PDL avec 12,23 %. En quatrième place vient l’ancien acteur Mircea Diaconu, candidat indépendant, avec 6,92 %.Les deux derniers partis à avoir dépassé le seuil de 5 % sont l’Union démocrate magyare de Roumanie et le Mouvement populaire.

La Roumanie est dotée de 32 sièges au sein du Parlement européen.La femme de Victor Ponta, Daciana Octavia Sârbu, et la femme de Crin Antonescu, Adina V?lean, sont actuellement toutes deux eurodéputées.

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe