Les eurodéputés taclent Pierre Moscovici pour ses absences

pierre_moscovici_-_olli_rehn.jpg

La commission des affaires économiques du Parlement européen n’a pas apprécié la énième annulation du ministre de l’Économie. Candidat non officiel au poste de commissaire, Pierre Moscovici s’est excusé devant ceux qui devront peut-être avaliser sa nomination à Bruxelles.

Le ministre de l’Économie français Pierre Moscovici a provoqué la colère des eurodéputés membres de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, après avoir annulé pour la quatrième fois une audition prévue sur la politique économique française. 

Annulations répétées

 « Je suis très déçue, très très déçue, on dirait que venir se présenter devant nous soit considéré comme un rendez-vous à géométrie variable qu’on n’a aucun complexe à annuler » a déploré Sharon Bowles, la présidente de la commission des affaires économiques et sociales lors d’une réunion le 18 mars à Bruxelles.

Comme l’ensemble des ministres de l’Économie de l’Union européenne, Pierre Moscovici devait présenter la politique économique de la France aux eurodéputés de la commission en charge du dossier.

>>> Voir la vidéo sur Le Lab d’Europe 1: Pierre Moscovici tancé par la présidente de la Commission des affaires économiques au Parlement européen

La présidente a enfoncé le clou en rappelant que le ministre français en était à sa quatrième annulation. « Le secrétariat a examiné la dernière possibilité durant cette législature ou ce qui pourrait être la dernière possibilité, c’est à dire du 24 au 25 mars » a-t-elle poursuivi, précisant qu’il y aurait peut-être une possibilité en avril . « Nous allons poursuivre nos efforts en ces sens » a-t-elle conclu.

Reste que les annulations successives du ministre en ont énervé plus d’un à l’image de l’eurodéputé allemand, Werner Langen, qui a simplement proposé de ne plus inviter le ministre.

Mea culpa

La colère des eurodéputés a mis Bercy dans l’embarras, qui a finalement réagi en annonçant la visite du ministre pour le 17 avril. « Après s’être excusé auprès d’elle [le ministre] répondra à l’invitation de Mme Sharon Bowles, sa présidente, jeudi 17 avril 2014 ».

Pour justifier l’annulation, Bercy évoque « des raisons d’agenda impératives »  et rappelle l’attachement de Pierre Moscovici « au rôle démocratique du Parlement européen, dont il a été vice-président ». 

Un poste à la Commission ?

Si la tension est montée sur ces rendez-vous ratés, c’est également, car l’actuel ministre de l’Économie ne cache pas son intérêt pour prendre la suite de Michel Barnier, l’actuel commissaire européen français, dans le collège de la prochaine Commission européenne.

L’exécutif européen doit en effet être renouveler la foulée des élections européennes de mai 2014 et la France compte bien obtenir un portefeuille central dans la politique européenne.

Et si les candidats de chaque pays sont investis par le Conseil européen, ils doivent au préalable obtenir l’approbation du Parlement européen.

Concrètement, le candidat est invité à une audition devant la commission parlementaire compétente en fonction du portefeuille qui lui est attribué afin d’exposer ses priorités. Le collège des commissaires est ensuite soumis à un vote d’approbation du Parlement européen, qui dispose d’un droit de veto.

Dans les rangs des socialistes, Pierre Moscovici n’est pas le seul a montré son intérêt pour le poste. Elisabeth Guigou, présidente socialiste de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale serait également intéressée par un portefeuille de commissaire. Du côté de Bruxelles, les eurodéputées socialistes Catherine Trautmann et Pervenche Béres sont également intéressées.   

Les prochaines élections européennes seront organisées dans tous les États membres entre le 22 et le 25 mai 2014. Les eurodéputés sont élus pour représenter les électeurs pendant 5 ans.

Ces élections seront les premières organisées depuis le traité de Lisbonne, qui renforce le pouvoir du Parlement dans le processus de nomination du président de la Commission.

  • 22-25 mai 2014: élections européennes dans les 28 Etats membres
  • 26-27 juin 2014 : nomination du président de la Commission lors du sommet du Conseil européen
  • Eté 2014 : le nouveau président désigne la composition de son équipe, puis les futurs commissaires font l'objet d'auditions individuelles au Parlement en septembre
  • Octobre 2014 : le Parlement européen devrait confirmer la composition de la nouvelle Commission
  • 1er novembre 2014 : date butoir pour l'entrée en fonction de la nouvelle Commission

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.