Martin Schulz devient candidat officiel à la présidence de la Commission

martin_schultwz.jpg

L'allemand Martin Schulz sera bien le chef de file des socialistes pour les élections européennes en mai 2014. Une annonce sans surprise qui conclut un processus de sélection où l'actuel président du Parlement européen n'avait aucun adversaire.

Martin Schulz sera la tête d'affiche de la campagne socialiste pour les élections européennes à venir. Une position qui le propulse également candidat à la présidence de la Commission européenne et potentiel successeur du portugais José Manuel Barroso. 

Désigné par son propre parti, le SPD allemand, il a reçu le soutien de 19 des 28 partis membres européens, a annoncé le Parti socialiste européen (PSE) le 6 novembre.

« Le soutien [des partis membres] m'encourage énormément », a-t-il déclaré. Le ministre irlandais à l'Éducation et trésorier du PSE, Ruairi Quinn, a qualifié le soutien des partis d'« appui massif ».

Aucun autre candidat ne s’est présenté comme figure de proue de la campagne socialiste, laissant Martin Schulz sans concurrent. Bon nombre d'observateurs avaient misé sur l’homme politique allemand ces derniers mois.

Une période pendant laquelle le président du Parlement s'est montré enclin à participer à la course à la tête de la Commission européenne. Lors de l'annonce de sa candidature, il a souligné que l'euroscepticisme et le chômage des jeunes seraient ses principaux thèmes de campagne.

« Des partis s'opposent ouvertement à l’idée d'Europe. Je veux mener le débat sur le type d'Europe que nous voulons », a-t-il déclaré. L'UE doit « regagner la confiance de ses citoyens, qui perdent foi dans le fait que les institutions peuvent protéger les intérêts sociaux et individuels », a-t-il ajouté.

Évoquant la situation désastreuse de l'emploi en Europe, Martin Schulz a indiqué que « la plus haute priorité était de donner des opportunités aux jeunes. Pour un social-démocrate et d'autres personnes en Europe, cette situation est inacceptable. La région la plus riche du monde devrait le rendre à ses citoyens. »

Dans les mois à venir, Martin Schulz sollicitera les partis socialistes en Europe afin qu’ils le soutiennent officiellement lors du congrès électoral du parti à Rome, le 1er mars 2014. Le parti adoptera également son manifeste lors de ce congrès.

Les dangers de la campagne paneuropéenne

Les socialistes européens ont également discuté à huis clos de leur programme commun pour les élections européennes lors d'une réunion de la présidence le 6 novembre.

Ruari Quinn a expliqué à EURACTIV que le manifeste sera « concis » et que « la campagne variera en fonction des pays ». « Nous devons adapter la campagne à chaque État membre en respectant leur culture politique. »

« En Irlande, le portrait de Martin [Schulz] sera imprimé sur les tracts de campagne et nous le mettrons en avant comme notre candidat pour la présidence de la Commission », a-t-il ajouté. 

Mais ce ne sera peut-être pas le cas dans tous les pays, car la nationalité allemande du président du Parlement pourrait influencer le comportement électoral, selon des analystes.

En juin, l'institut de sondage Gallup a publié le rapport EU Elections 2014 coutdown: One year to go. Il a demandé si la nationalité d'un candidat commun pouvait empêcher la population de voter pour un parti. En moyenne, 37 % des personnes interrogées dans six pays ont déclaré que cela pourrait influencer leur choix.

La réputation de l'Allemagne est très mauvaise dans les pays frappés par la crise, comme l'Espagne, la Grèce ou le Portugal. Des milliers de Grecs ont manifesté lors de la visite de la chancelière allemande, Angela Merkel, en octobre.

Le parti socialiste et toutefois convaincu que la nationalité de Martin Schulz n'aura aucune influence. « Cela ne risque pas de jouer en défaveur de notre candidat », explique Brian Synnott, le coordinateur de la presse et de la communication web du PSE.

« Le soutien que Martin [Schulz] a reçu du parti membre grec montre qu'il n'y a pas de risques. C'est l'affiliation politique qui importera dans les élections du Parlement européen, non la nationalité. »

Le programme de campagne, qui doit être finalisé dans quelques mois, déterminera si Martin Schulz fera campagne dans chaque État membre.

Les négociations de coalition en Allemagne

Même si le titre de candidat socialiste à la présidence de la Commission est dans sa poche, Martin Schulz devra surmonter beaucoup d'autres obstacles avant d'accéder à la tête de l'exécutif européen.

Après les élections du 22 au 25 mai, le Conseil européen désignera un candidat « en prenant compte » des résultats des élections (voir « Contexte). Le Parlement s'exprimera ensuite sur cette proposition.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a méprisé les tentatives des partis visant à mettre en avant leur propre candidat. Elle a indiqué qu'il n'y a aucun « lien automatique entre le nombre de votes et [les hautes fonctions] à pourvoir ».

>> Lire : Angela Merkel jette le doute sur la désignation du candidat PPE aux élections européennes

Outre la formation nécessaire d’une coalition au prochain Parlement européen en vue de soutenir sa candidature, Martin Schulz aura donc besoin de l'approbation du gouvernement allemand.

>> Lire : Les partis européens en ordre de bataille pour désigner leurs candidats

À Berlin, nul ne connaît l'issue des discussions en cours sur la formation d'un gouvernement de coalition.  Martin Schulz aide le SPD à négocier un accord, mais nie que sa candidature au poste de président de la Commission fait l'objet de discussions.

« Les médias semblent savoir ou penser que c'est le cas, mais je ne suis pas au courant que c’est sur la table », a-t-il indiqué. L'eurodéputé allemand Jo Leinen avait expliqué à EURACTIV que les socialistes allemands avaient fait pression pour que ce sujet fasse partie de l'accord de coalition.

Réactions

Les députés socialistes se sont réjouis de la désignation officielle de Martin Schulz  dans un communiqué : « Très tôt, les socialistes français ont soutenu sa candidature qui, pour nous – et donc pour l’ensemble des partis frères – relève de l’évidence. »

« Brillant, charismatique, multilingue, dynamique et fin connaisseur des arcanes parlementaires et européennes, Martin Schulz a toutes les qualités pour être le nouveau Jacques Delors dont l’Europe a tant besoin. »

Contexte

Les élections européennes seront organisées dans tous les États membres en mai 2014. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, prévoit que le Parlement européen élira le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil qui tiendra compte des élections européennes (Article 17, alinéa 7 du TUE). Cette disposition s'appliquera pour la première fois dans le cadre des élections de 2014.

Le Parlement européen et de nombreux spécialistes ont incité les partis à désigner leur tête de liste pour les campagnes électorales. Les élections européennes seront de facto une course à la présidence de la Commission. Les campagnes pourraient être plus politisées et le taux de participation des électeurs pourrait grimper.

D'autres responsables politiques estiment toutefois que désigner son propre candidat ne serait pas la solution idéale. Les attentes accrues pourraient facilement engendrer de la déception. M. Van Rompuy a d'ailleurs appelé à plusieurs reprises à la prudence : le Conseil européen pourrait choisir un autre candidat que la tête de liste du parti vainqueur.

Prochaines étapes

Parti socialiste européen

  • 1er déc. 2013 : le PSE lance une procédure de sélection interne pour les partis membres
  • 28 févr. - 1er mars 2014 : le congrès du PSE élit le candidat et adopte un manifeste de campagne
  • 22-25 mai 2014 : élections européennes dans les 28 États membres

Autres partis

  • 13-15 déc. : congrès du Parti de la gauche européenne à Madrid pour désigner Alexis Tsipras comme candidat
  • 29 janv. 2014 :  annonce des deux têtes de liste pour les Verts à l'issue des primaires (28 janv.)
  • 1er févr. 2014 : congrès électoral de l'ADLE à Bruxelles en vue de choisir un candidat
  • 6-7 mars 2014 : congrès du PPE (centre-droit) à Dublin

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.