Ska Keller et José Bové en tandem pour les européennes

keller_bove_butikofer_greensduo_600_400.jpg

José Bové et Ska Keller seront les deux têtes de liste des Verts pour la campagne européenne. Ils ont remporté les primaires organisées en ligne à travers toute l'Europe.

« Je suis très heureux de mener cette campagne, car ça ne va pas bien en Europe, » a déclaré José Bové. « Les gens tournent le dos à l'Europe : ils ne portent aucun intérêt à l'UE, » a-t-il continué. Et ainsi, ils tombent dans le piège des discours nationalistes, selon ses dires. Il fait référence ici à la montée des partis eurosceptiques et nationalistes dans les sondages dans l’ensemble de l'UE.

L'eurodéputé altermondialiste a lancé le leitmotiv de la campagne lors de la conférence organisée par le groupe des Verts à Bruxelles ce 29 janvier : «  Les Verts doivent s'attaquer à l'Europe néolibérale. » Ils veulent contrer les politiques fiscales dominantes et l’austérité en guise de réponse apportée à la crise économique. Par ce positionnement politique, les Verts espèrent ainsi attirer l’électorat de gauche.

De son côté, Ska Keller, une jeune eurodéputée allemande d’une trentaine d’années, a ajouté que les Verts comptent envoyer un message clair sur les solutions qu'ils proposent. Elle a évoqué « une porte de sortie de crise juste et verte », la « mettre le chômage des jeunes au cœur du calendrier politique » ou encore « la protection des droits des réfugiés et des migrants ».

José Bové et Ska Keller ont remporté les primaires face à Rebecca Harms, la coprésidente allemande du groupe des Verts au Parlement européen, et face à l'Italienne Monica Frassoni, coprésidente du parti.

Ska Keller, nommée par les jeunes verts des différents partis, a surpris lors de la campagne des primaires en laissant sur le carreau les personnalités politiques les plus expérimentées.

Les résultats définitifs des primaires en ligne ont été publiés le 29 janvier. Sur les votes de 22 676 personnes, les deux candidats ont gagné haut la main, avec environ 11 700 voix chacun. Rebecca Harms a terminé en troisième position avec quelques 8 100 voix. Enfin Monica Frassoni arrive en dernière place avec 5 850 voix. Chaque électeur était autorisé à désigner deux candidats.

Alors que Ska Keller est maintenant sur la ligne de front pour la campagne européenne, elle pourrait laisser Rebecca Harms occuper la première place sur la liste du parti des Verts en Allemagne. « Je suis la candidate pour prendre la tête de liste [au niveau national], » a assuré cette dernière. Certains experts prévoient que Rebecca Harms endosse le rôle de leader du parti des Verts en Allemagne.

Peu de chances d'obtenir les plus hautes responsabilités européennes

Les primaires en ligne organisées par les Verts ont commencé en novembre dernier et les votes ont pris fin le 28 janvier. Les deux candidats vont dorénavant faire figure de proue pour la campagne européenne et seront appelés à voyager à travers de nombreux États membres en vue d’apporter leur soutien à d’autres mouvements des Verts.

Alors que ces deux candidats se lancent dans la course à la présidence de la Commission européenne, tous sont d'accord pour dire que leurs chances d'obtenir l'une des plus hautes fonctions des institutions de l'UE sont proches de zéro.

José Bové l'a reconnu lui-même : « Nous ne devons pas nous faire de faux espoirs. Nous savons que nous ne serons pas parmi les candidats définitifs [pour la présidence de la Commission]. Mais nous voulons influencer le choix du prochain président de la Commission européenne. Il s'agit du projet que nous choisissons, celui de mettre en avant un calendrier politique commun […]. »

Ska Keller a ajouté que « ce serait une bonne idée d'apporter quelques touches vertes durant la campagne européenne. Tout ne doit pas toujours tourner autour de Martin Schulz, ou de monsieur X. Nous voulons faire campagne pour nos idées. »

À ce jour, l’actuel président du Parlement européen, Martin Schulz, a été désigné tête de liste pour le parti socialiste PSE. Le parti du PPE de centre-droit décidera de son candidat unique le 7 mars prochain, alors que plusieurs figures politiques de premier plan sont encore en train de faire campagne. Guy Verhofstadt, pour sa part, va mener la campagne pour les libéraux.

La présidence de la Commission européenne reviendra au final certainement soit à un socialiste, soit à un conservateur. Il pourrait s'agir ou non d'un des candidats désignés par les différents groupes politiques pour la campagne européenne. Tout dépendra de la volonté des chefs d'État et de leur aptitude à se mettre d'accord sur l'un des candidats proposés après les élections européennes.

>> Pour en savoir plus : Lisez les élections européennes 2014 : ce qui va changer

Réactions

Michael Bloss, co-porte-parole de la Fédération des jeunes écologistes européens (FYEG), qui s'est exprimé en faveur de Ska Keller, a déclaré : « Avec Ska Keller, les jeunes ont une voix au sein des discussions politiques sur l'Europe. Grâce aux primaires des Verts, nous avons relevé le défi de rapprocher l'Europe des citoyens . Ce n'est pas facile, et il est toujours difficile d'être le premier à essayer. Ceci reste une bonne expérience afin de créer un débat européen. Nous autres, en tant que FYEG, avons apporté la preuve de notre aptitude à mobiliser au niveau européen. »

Contexte

Les élections européennes seront organisées dans tous les États membres en mai 2014. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, prévoit que le Parlement européen élira le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil qui tiendra compte des élections européennes (Article 17, alinéa 7 du TUE).

Cette disposition s'appliquera pour la première fois dans le cadre des élections de 2014.

Le Parlement européen et de nombreux spécialistes ont incité les partis à désigner leur tête de liste pour les campagnes électorales. Les élections européennes seront de facto une course à la présidence de la Commission. Les campagnes pourraient être plus politisées et le taux de participation des électeurs pourrait grimper.

>> Lisez le LinksDossier d'EURACTIV

Prochaines étapes

  • 1er février 2014 : le parti libéral ADLE organisera un congrès à Bruxelles, Guy Verhofstadt y sera confirmé en tant que tête de liste, et Olli Rehn occupera la deuxième place
  • 21-23 février 2014 : congrès électoral des Verts pour adopter le manifeste commun
  • 6-7 mars :  le PPE tiendra un congrès électoral pour choisir un seul et unique candidat et adopter un manifeste pour la campagne européenne
  • 22-25 mai : élections européennes dans les 28 États membres

Pour tout savoir sur les élections, consultez notre LinksDossier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.