Michel Barnier veut porter un projet « d’ambition » et « de rassemblement »

Contestant son image de « premier de la classe », l’ancien commissaire européen au marché intérieur fait valoir son « expérience locale, nationale et internationale », tout en assurant avoir été « beaucoup plus longtemps sur le terrain qu’à Bruxelles ». [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

L’ancien négociateur (LR) pour le Brexit Michel Barnier, libéré de ses obligations européennes, compte porter un « projet d’ambition » et « de rassemblement du pays » à l’approche de la présidentielle de 2022, affirme-t-il au Point ce mercredi (28 avril).

S’il fera connaître « à l’automne » sa décision de se présenter ou non à la présidentielle, l’ancien ministre l’assure: « dans l’état actuel du pays, ce que je représente, ce que je sais faire, mon sens du travail en équipe peuvent être utiles pour remettre notre pays sur le droit chemin ».

« Je suis convaincu que la France doit être apaisée », ajoute M. Barnier pour qui « c’est en travaillant collectivement que nous pourrons redonner un horizon commun à tous les Français ».

« J’ai envie de porter ce projet d’ambition française et de rassemblement du pays », ajoute-t-il, peu avant la publication le 6 mai de La grande Illusion (Gallimard), son journal du Brexit.

Contestant son image de « premier de la classe », l’ancien commissaire européen au marché intérieur fait valoir son « expérience locale, nationale et internationale », tout en assurant avoir été « beaucoup plus longtemps sur le terrain qu’à Bruxelles ».

« La France peut et doit devenir dans dix ans la première puissance économique européenne », ajoute-t-il.

Interrogé sur Emmanuel Macron, il décrit « quelqu’un d’intelligent, mais rarement dans le partage et dans la confiance » avec « une gestion trop solitaire du pouvoir ».

« Entre la solitude et l’arrogance, la frontière est parfois mince », ajoute l’ancien député de Savoie qui en tant que montagnard l’assure : « nous sommes sobres, tenaces, solidaires dans l’épreuve et dans l’effort. Nous ne faisons pas d’esbroufe ».

Estimant « pas obligatoire de donner des coups de poignard pour réussir en politique », il assure que la droite « peut choisir son candidat sans passer par la primaire » qui, en 2016, « a été à l’origine de divisions et de rancœurs » rendant « beaucoup plus difficile » le rassemblement aujourd’hui.

« Il y a beaucoup de vrais talents à droite, parmi Les Républicains ou juste à côté de nous », affirme-t-il, alors que deux ex-LR sont fréquemment cités pour représenter la droite en 2022 : le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, déjà candidat à la présidentielle, et la patronne de l’Ile-de-France Valérie Pécresse, qui vient d’officialiser sa campagne pour les régionales.

2022 : Xavier Bertrand veut baisser les impôts de production pour doper l'industrie

Selon un sondage Ifop-Fiducial dimanche, Xavier Bertrand serait, à un an du scrutin, le mieux placé pour incarner la droite en 2022.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer