Et si Marine Le Pen…

Et si Marine Le Pen l’emportait le 7 mai ? Le « Journal d’un nageur de l’ère post-Trump » (édition Maurice Nadeau), roman de politique fiction, déroule la trame des événements qui s’en suivent, en France comme dans un monde dominé par Trump et Poutine. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Et si Marine Le Pen remportait l’élection présidentielle ? L’hypothèse inquiète les investisseurs internationaux, auxquels on avait vendu l’impossibilité d’un Brexit et la probabilité zéro de l’avènement de Trump au pouvoir. Deux prévisions fermes des « experts », démenties brutalement par les faits, ce qui fait douter aujourd’hui les acheteurs de titres français mais aussi européens -on peut les comprendre-, du résultat de la prochaine élection en France.

Olivier Silberzahn ne cherche pas à soupeser les chances de la candidate du Front National. Dans un livre publié le 14 mars, ce polytechnicien,  travaillant depuis 25 ans dans des sociétés informatiques -rien donc, du vieux politologue bardé d’analyses bien établies pour mieux être démenties- se situe délibérément dans l’hypothèse d’une victoire de Le Pen. Et il déroule aussi loin que possible la trame des événements qui en découlent, pour aboutir à… une situation inattendue, assez dramatique, mais finalement logique qu’on ne dévoilera pas ici, afin de ne pas gâcher le plaisir du lecteur.

Thriller de politique fiction cyber-politico-natatoire

Car si l’auteur prend pour point de départ une actualité pas forcément réjouissante, son livre n’a d’un rien d’un pensum destiné à convaincre l’électeur avec force arguments chiffrés et calculs définitifs. Il offre effectivement un vrai plaisir de lecture. En effet, il ne s’agit pas là comme ce qui est écrit ci-dessus pourrait le donner à penser, d’un essai ; l’objet relève plutôt du genre roman de politique fiction. Il est curieusement dénommé par son éditeur « thriller de politique fiction cyber-politico-natatoire » ; et à y réfléchir une seconde,  c’est bien de cela qu’il s’agit. Car le narrateur nage, toujours et encore, c’est là son activité première.

De ce point de vue, le titre du livre est pleinement justifié. Mais les pérégrinations natatoires du narrateur, qui ponctuent chaque début de chapitre, le ramènent toujours, à l’actualité (nationale et mondiale), et à sa situation personnelle, la première n’étant pas sans effet sur la seconde. La démondialisation à vitesse grand V, à laquelle contribue bien sûr Marine Le Pen, contribue à la chute de l’économie française et entraîne celle du nageur (d’un point de vue professionnel), qui, en dépit de préventions évidentes, vire alors partisan du FN au pouvoir.

Désordre mondial

Le désordre subi par le narrateur n’est pas que français et européen. Il est mondial.  Une opération militaire au Moyen Orient, décidée par une coalition Trump-Poutine, bientôt rejoints par Marine Le Pen, et destinée à écraser les derniers djihadistes provoque en retour une vague d’attentats terroristes, qui amène à la construction de murs aux frontières, concomitamment avec le retrait de la France de l’euro (synonyme de dévaluation brutale du franc) et la montée des séparatismes (sécession de la Catalogne, séparatisme en Italie du Nord).
Et toujours, dans ce chaos de plus en plus infernal, le narrateur nage, de piscine en fleuve, de fleuve en lac.
Un livre original, à lire avant -ou après- le 7 mai, quand le second tour de la présidentielle fixera le sort de Marine Le Pen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER