Les conservateurs zappent la jeunesse dans leur programme européen

Ce que les jeunes peuvent attendre des partis européens. [Shutterstock]

Seuls 28 % des 16-24 ans ont voté aux dernières européennes. Tour d’horizon des propositions des partis européens pour les jeunes.

Favoriser l’innovation, soutenir les jeunes entrepreneurs et élargir le programme Erasmus, pour attirer les jeunes électeurs, la plupart des grands partis ont fait des des propositions ambitieuses en faveur de la jeunesse. À l’exception notable des conservateurs.

Parti Populaire Européen (centre-droit) : innover et encourager les PME à créer de l’emploi

« Nous avons besoin d’une économie forte pour proposer une société qui prend soin de chaque personne et lui offre de la sécurité et des opportunités », assure le manifeste du parti de centre droit.

Pour les jeunes entrepreneurs, le PPE propose un programme spécifique d’encouragement des start-ups, en particulier dans le secteur numérique. Le parti souhaite aussi limiter les tâches administratives des PME et moderniser la législation européenne, afin de l’adapter à un marché en pleine évolution.

En ce qui concerne l’éducation et la recherche, le parti appelle à l’élargissement du programme d’échange étudiant Erasmus, afin que les étudiants non universitaires y aient également accès. Il soutient une augmentation des fonds pour l’initiative DiscoverEU, qui aide financièrement des jeunes de 18 ans à voyager dans l’Union.

Le parti propose également la création d’un institut universitaire européen 4.0 pour encourager l’innovation en Europe. Il appelle à des investissements dans les programmes d’éducation permanente, qui permettent d’améliorer les chances de trouver un emploi.

Erasmus veut mettre en avant ses succès de Strasbourg à Kampala

À un an des élections européennes, Eramus et le Parlement européen veulent mobiliser les jeunes lors des Erasmus Days, en octobre. 72 % des moins de 25 ans n’avaient pas voté en 2014.

Parti socialiste Européen : Renforcer la garantie jeunesse

« La société verra le futur avec plus d’optimisme lorsque nos jeunes auront de meilleures perspectives », estiment les socialistes. Ils proposent la création d’une Garantie européenne pour l’enfance, qui assurerait l’accès à des soins de santé, une éducation, une alimentation et un logement de qualité, où qu’ils soient en Europe.

Le Parti socialiste européen souhaite former les jeunes, afin qu’ils aient les compétences recherchées par les employeurs. Il voudrait aussi étendre la Garantie pour la jeunesse, afin qu’elle puisse aider les jeunes au chômage à trouver un emploi, un apprentissage ou une formation et que tous les Européens, quelle que soit leur condition sociale, puissent bénéficier d’Erasmus+.

Alliance des Conservateurs et Réformistes en Europe : l’UE n’est pas votre nounou

Dans son programme, l’ACRE ne mentionne pas une seule fois la jeunesse, les jeunes ou l’éducation. En ce qui concerne la création d’emplois, le document se borne à vanter un marché unique solide et une politique commerciale ambitieuse.

« Pour créer de l’emploi, de la croissance et de la réussite entrepreneuriale, nous devons contribuer à la mise en place des bonnes conditions réglementaires et économiques. Après tout, l’UE est un bloc commercial, pas un programme de sécurité sociale. »

Alliance des Libéraux et des Démocrates européens : améliorer l’éducation et l’accès aux financements

« Nous devons renforcer notre économie de la connaissance en investissant dans la recherche et l’innovation et en équipant nos travailleurs avec les compétences nécessaires au 21e siècle, tout en éliminant l’écart numérique générationnel », estiment les libéraux.

Pour ce faire, ils comptent soutenir les formations à l’entrepreneuriat et les compétences personnelles, comme la flexibilité et la pensée interdisciplinaire. Comme le PPE, l’Alliance des Libéraux et Démocrates envisage l’éducation comme un « processus tout au long de la vie ». Elle souhaite donc plus d’investissements dans la formation pratique, plus d’apprentis et une plus grande participation à Erasmus.

Pour réduire la pénurie des compétences et favoriser la compétitivité, ses membres veulent mieux financer la recherche et l’innovation, ainsi que la formation aux outils numériques. L’ALDE propose que les qualifications obtenues dans un État membre soient pleinement reconnues dans toute l’Union.

Les PME « sont la colonne vertébrale de la prospérité en Europe », assure le programme du parti, qui appelle à une simplification de l’accès aux aides européennes et autres moyens de financement pour que les petites entreprises, et surtout les jeunes entrepreneurs, en bénéficient davantage. L’ALDE croit aussi au potentiel du commerce en tant que créateur d’emploi.

«L’industrie française doit redevenir attractive pour les jeunes»

Gabriel Attal revient, pour notre partenaire La Tribune, sur deux de ses chevaux de batailles: le développement de la relation écoles-PME et la facilitation du mécénat.

Gauche européenne : défendre le droit à l’éducation

Dans son manifeste, la Gauche européenne défend le droit de tous les jeunes à une éducation gratuite, laïque et publique. Le parti propose une réforme de l’approche éducative via une évaluation des progrès, et non des résultats des élèves.

Ses adhérents soulignent que la croissance économique doit s’accompagner d’une lutte contre la précarité et le chômage, « surtout parmi les jeunes et les femmes ». Ils proposent donc une réduction du nombre d’heures de travail, sans conséquence sur les salaires, afin d’offrir des emplois à plus de personnes et d’éviter la surcharge de travail.

Verts : éduquer sans endetter et ouvrir le marché de l’emploi

« L’avenir de l’Europe, sa construction repose sur les jeunes européen.nes. Nous leur devons les meilleures conditions possibles pour ce faire et faciliter leur émancipation », jugent les Verts. Ils soutiennent la Garantie pour la jeunesse, estimant que ses objectifs principaux devraient être un emploi rentable et de qualité.

Le parti appelle à des financements suffisants pour le Corps de solidarité européen, afin de permettre aux jeunes de faire du bénévolat constructif. Il promet également de combattre les réglementations qui entraveraient l’accès des jeunes au marché de l’emploi.

Les Verts défendent le droit à une éducation supérieure à prix modéré, à de bonnes conditions de formation et à un accès juste aux emplois bien rémunérés pour tous les jeunes. Ils appellent les États membres à investir davantage dans l’éducation et la formation continue.

Le parti propose par ailleurs d’augmenter les financements européens dédiés aux programmes d’échanges, comme Erasmus, afin que tous les jeunes aient la chance d’y participer, même les moins nantis.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.