L’environnement, grand oublié des socialistes allemands

La ministre fédérale allemande de la Justice et de la Protection des consommateurs, Katarina Barley, est candidate du SPD, lors de la présentation de son manifeste pour les élections européennes du 18 février. [Felipe Trueba/EPA]

Le parti social-démocrate allemand a rendu public son programme électoral pour les européennes, mettant l’accent sur la justice sociale et fiscale. Mais qu’en est-il de la politique environnementale ? Un article d’Euractiv Allemagne.

Les sociaux-démocrates allemands ont présenté leur programme pour les européennes après avoir nommé leurs deux têtes de liste en décembre. Sans surprise, la priorité du parti reste la justice sociale, selon les secrétaires généraux du parti, Lars Klingbeil et Katarina Barley, qui dirigent ensemble la liste du parti pour les élections européennes. Leurs priorités incluent l’établissement d’un salaire minimum européen, d’un taux d’imposition minimum pour les entreprises et d’une taxe numérique européenne.

Un chapitre du programme est dédié à la politique environnementale, qui reste cependant une thématique secondaire. Les sociaux-démocrates allemands soutiennent une politique environnementale ambitieuse et tiennent à durcir la législation dans une série de domaines. Ils appellent notamment à :

  • La revue à la hausse des objectifs actuels de réduction de gaz à effet de serre pour 2030 en passant de 40 à 45 %, à savoir un objectif déjà validé par l’UE. La question de la fixation d’un prix minimum sur le marché du carbone reste encore ouverte.
  • L’établissement d’un prix du carbone pour d’autres secteurs que celui de la production d’électricité.
  • L’extension de l’interdiction des emballages en plastique, adoptée par l’UE en décembre et valable à partir de 2021. Le volume de déchets en plastique devrait être réduit de 50 % d’ici à 2023.
  • L’interdiction du glyphosate devrait être introduite après 2023. (En novembre 2017, les États membres avaient voté son autorisation pour cinq ans, notamment grâce au soutien de l’Allemagne).
  • Des mesures en matière de respect de la vie animale et des réglementations plus strictes pour le transport d’animaux et l’acquisition d’animaux de compagnie.

Les sociaux-démocrates aimeraient également remettre « sur pieds » la PAC actuelle. Lors des discussions de la semaine dernière, les sociaux-démocrates ont présenté un document reprenant les principaux changements envisagés.

Ils proposent notamment que seuls 25 % des financements, contre 50 %, soient liés à la propriété, par exemple.

La réforme n’était pas censée réduire les aides agricoles, qui s’élèvent à plus de 400 milliards d’euros dans le cadre financier pluriannuel actuel, mais « leur associer des critères afin qu’elles bénéficient aux citoyens des entreprises et zones rurales, ainsi qu’à la protection de l’environnement et des animaux ».

L’impossible union de la gauche pour les européennes

En France, les appels à l’union se multiplient au sein d’une gauche plus divisée que jamais. À quatre mois des élections européennes, les tentatives de rassemblement se heurtent à des divisions réelles sur le plan politique.

Les jeunes particulièrement inquiets

L’ambition du parti de renouer avec un public partiellement perdu grâce à des sujets sociaux-démocrates est clairement visible dans les sept autres chapitres. Un pari qui séduit les électeurs, selon les derniers sondages.

Le SPD est en effet repassé à la deuxième place du podium, délogeant les verts, avec 18 % d’intentions de vote, selon les enquêtes de l’INSA. Dans le même temps, un sondage publié par l’institut Forsa le 18 février indique que les sociaux-démocrates rencontrent des difficultés particulières auprès des jeunes.

Ainsi, seuls 11 % des étudiants voteraient pour l’un des deux partis de têtes, l’Union conservatrice (CDU et CSU) et le SPD. Ils sont par contre plus de 40 % à soutenir les verts. Une réalité illustrée par les grèves menées par les jeunes pour la protection du climat, souligne le directeur de l’institut, Manfred Güllner.

Reste à savoir si le renouveau social-démocrate du parti lui permettra de remonter la pente des élections européennes en mai. Les prévisions indiquent que le groupe S&D pourrait perdre 6 % de ses voix.

Le SPD votera sur son manifeste pour les élections européennes lors de sa « Convention européenne », le 23 mars.

La "colère verte" des jeunes Français sur le climat

La mobilisation des jeunes sur le climat démarre doucement en France.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.