Hamon propose à la gauche de se rassembler derrière Varoufakis pour les européennes

Le chef de file de Générations pour les européennes, Benoît Hamon a proposé mercredi aux formations de gauche, par souci de « clarté », de se rallier à la candidature de Yanis Varoufakis pour la présidence de la Commission, un préalable à une éventuelle alliance.

« Je propose qu’on se retrouve tous autour du même candidat et ce candidat, c’est une figure de la lutte contre l’austérité, (…), c’est Yanis Varoufakis, candidat à la présidence de la Commission », a suggéré l’ancien candidat socialiste à la présidentielle de 2017 sur France 2.

Selon lui, M. Varoufakis, ancien ministre grec des Finances, est une personnalité « au-dessus de tout soupçon, qui est de nature à rassembler par la qualité de son engagement et son honnêteté ».

« Si jamais on se retrouve tous sur le même candidat, qui a un projet politique d’une clarté alors là indiscutable, hé bien on pourra tout rediscuter », a ajouté Benoît Hamon en réponse aux critiques sur l’éparpillement de la gauche aux européennes.

« Je mets (cette) proposition sur la table, c’est extrêmement simple : qu’Olivier Faure y réponde, que le secrétaire national du Parti communiste, que ceux qui à gauche veulent l’unité, y répondent », a-t-il demandé.

Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, a sonné le tocsin vendredi pour appeler la gauche hors France insoumise au rassemblement en vue des élections européennes, assurant toutefois qu’il conduirait lui-même la liste du PS si la désunion l’emportait.

« Sauf que, aujourd’hui, même cet acte qui me semble le plus élémentaire qui est de se retrouver autour d’un candidat comme celui-là, vous verrez que ce n’est pas si simple que ça », a averti Benoît Hamon.

Le rapprochement entre Hamon et Mélenchon bute sur l’Europe

Les discussions annoncées entre les deux candidats à l’élection présidentielle semblent compromises. Leur divergences fondamentales sur l’avenir de l’Europe rendent très hypothétique un véritable rapprochement.

« Il faut de la clarté : on ne peut pas avoir un projet politique, très démocratique, très social, favorable à la transition écologique, et en même temps avoir une stratégie qui amènerait à ce que ceux qui disent ‘il faut changer de politique’ se pressent une fois élus au Parlement européen de gouverner avec la droite et les conservateurs qui, eux, veulent continuer l’austérité », a-t-il mis en garde.

Yanis Varoufakis, économiste de 57 ans, mènera le 26 mai la liste Démocratie en Europe, un parti politique allemand qui fait partie de Diem 25, le mouvement transnational et anti-establishment qu’il a largement contribué à lancer début 2016.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe