La Lettonie peine à se trouver un gouvernement

L'eurodéputé letton Krišjānis Kariņš a été chargé de former un gouvernement. [European Parliament]

Le président letton a nommé un député européen Premier ministre, dans l’espoir de former une coalition. C’est la troisième tentative de sortir de l’impasse après les élections d’octobre.

Raimonds Vējonis, le président letton, vient de charger l’eurodéputé PPE Krišjānis Kariņš de former un nouveau gouvernement, après les tentatives infructueuses de personnalités du Nouveau parti conservateur et du KPV LV, le parti anti-establishment. Le gouvernement rassemblerait le parti Nouvelle unité, le Nouveau parti conservateur, le KPV LV, les conservateurs de l’Alliance nationale et les libéraux de Développement/FOR. Ensemble, ils possèdent 66 des 100 sièges du parlement letton, la Saeima.

Des rencontres avec d’autres parlementaires ont suffi à convaincre le président, issu du parti vert,  que Krišjānis Kariņš parviendrait à fédérer les forces en présence, même si son parti de centre droit, Nouvelle unité, n’a récolté que 8 % des sièges parlementaires en octobre.

Le nouveau Premier ministre n’y voit pas un obstacle et s’est félicité, soulignant qu’il est « inédit que le plus petit groupe de la Saeima soit invité à former un gouvernement ».

Le grand vainqueur de l’élection est le parti social-démocrate pro-russe, Harmonie, mais les partis de centre droit sont bien décidés à ce qu’il reste dans l’opposition, comme lors des trois derniers votes.

Dans le mois à venir, Krišjānis Kariņš s’efforcera de nommer des ministres issus des cinq partis pour former un gouvernement. Le président a prévenu : « les partis devront s’accorder sur des solutions de compromis afin d’adopter une déclaration gouvernementale viable ».

S’il parvient à se maintenir au pouvoir, le nouveau Premier ministre devrait se concentrer sur la réforme du secteur financier, l’état de droit, la lutte contre la corruption et la santé. Le secteur bancaire letton a en effet été sur le devant de la scène ces derniers mois, avec des scandales allant d’amendes imposées par un tribunal français pour blanchiment d’argent à l’arrestation du gouverneur de la banque centrale du pays, accusé de corruption.

Dossier spécial Lettonie : le roman noir de la zone euro

La mise en examen du gouverneur de la banque centrale de Lettonie a mis les projecteurs sur le dernier pays à être entré dans la zone euro. Euractiv vous propose une enquête en quatre volets sur la Suisse des pays …

 

La semaine dernière, un avocat général de la Cour de justice européenne a estimé que Riga n’aurait cependant pas dû suspendre le gouverneur, Ilmārs Rimšēvičs, de ses fonctions après son arrestation. Une décision en bonne et due forme ne devrait pas tarder.

Né aux États-Unis, Krišjānis Kariņš est revenu dans le pays de ses parents au milieu des années 1990. Il a été ministre de l’Économie entre 2002 et 2004 et est devenu eurodéputé en 2009.

À Bruxelles, il est surtout connu pour être arrivé à mener à bon terme les négociations du Parlement européen sur la réforme du marché de l’électricité. Il espérerait amener le sujet sur le terrain national, en éliminant l’approvisionnement obligatoire dans le cadre des tarifs d’électricité.

L’UE cible enfin la sortie du charbon

Les décideurs européens ont trouvé un accord sur une proposition de réforme des règles du marché de l’électricité. Celui-ci inclut un arrêt total des subventions au charbon en 2025, et une clause spéciale pour la Pologne.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe