Le candidat François-Xavier Bellamy séduit à droite

epa07384311 Francois-Xavier Bellamy, candidat Les Republicains aux européennes. [EPA-EFE/LUDOVIC MARIN / POOL MAXPPP]

Le parti Les Républicains tenaient a tenu son premier meeting pour les européennes. François-Xavier Bellamy a réussi son grand oral, conclut notre partenaire, Ouest-France.

La salle était pleine malgré le match entre Rennes et Arsenal à la même heure… Le Président des Républicains, Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, étaient, ce jeudi 7 mars, à Lécousse, près de Fougères pour leur première réunion publique consacrée aux élections devant 300 personnes.

Présent au premier rang, l’eurodéputé costarmoricain Alain Cadec fait bonne figure malgré sa treizième place sur la liste des Républicains, ce qui ne lui assure pas l’élection. Il est même entré dans la salle aux côtés de Laurent Wauquiez, devant le trio tête de liste.

Françoix-Xavier Bellamy, une tête de liste décalée pour LR

Le professeur de philosophie versaillais ne croit pas à la démocratie européenne mais veut faire avancer l’idée européenne en travaillant sur la culture et l’éducation. Il estime que les racines de l’Europe sont chrétiennes, mais pas seulement.

« Une Europe qui nous empêche d’avancer »

À l’applaudimètre, c’est François-Xavier Bellamy qui l’emporte. « C’est la pioche rêvée pour tourner la page de la présidentielle », s’enflamme Hervé, un militant LR venu de Cherbourg qui a été convaincu par son dernier livre et qui aime son côté « philosophe ». La tête de liste LR veut redonner du « sens à l’Europe en étant au service des citoyens », explique-t-il à l’aise et sans note. Les précédents intervenants (Agnès Evren et Arnaud Danjean) ont attaqué quant à eux Emmanuel Macron autour notamment de la protection des frontières. « Les migrants voient dans l’Europe un eldorado qui n’existe pas », estime de son côté F.-X. Bellamy.

Ce dernier défend une ligne proeuropéenne, mais regrette « une Europe qui nous empêche d’avancer ». Il refuse « le match annoncé entre les progressistes et les nationalistes. Vous avez le droit de penser », lance-t-il à la salle qui applaudit. Bellamy souhaite remettre aussi au cœur du projet européen « une aspiration à la liberté ».

« Le chaos du Brexit »

La conclusion de ce meeting est laissée au bout d’une heure à Laurent Wauquiez. Le président LR rebondit sur le match en cours et met en avant « le tempérament breton face à une offensive anglo-saxonne suspecte ». Après trente minutes de discours sur la politique nationale, il conclut son intervention en promettant « un autre choix » que le rejet de l’Europe (« regardez le chaos du Brexit, le Royaume-Uni va sortir de l’Histoire » ) pour « remettre ce projet dans la bonne direction » tout en « protégeant mieux nos frontières ». La salle sort convaincue, mais était surtout composée de militants bretons, normands et ligériens. La campagne ne fait que commencer.

Le Brexit refroidit les vélléités de sortie de l’UE

Le parti d’extrême droite suédois, les Démocrates de Suède, ne réclame plus une sortie de l’UE. Et il n’est pas le seul : plusieurs partis populistes d’Europe ont fait marche arrière à ce sujet.

>> Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe