Le congrès des socialistes européens n’aura peut-être pas lieu en Roumanie

The Romanian Parliament

EXCLUSIF : Le Parti socialiste européen (PSE) pourrait officiellement prendre la décision de déplacer son congrès prévu à Bucarest, inquiet quant à la légitimité démocratique du premier ministre roumain, Victor Ponta.

« Aucune décision n'a encore été prise sur le sort de cet événement prévu les 28 et 29 septembre prochain, mais nous avons le sentiment de plus en plus fort que le congrès de Bucarest pourrait être déplacé à Bruxelles », ont déclaré à EURACTIV des sources socialistes du Parlement européen.

Ces mêmes sources, qui ont souhaité s'exprimer sous couvert d'anonymat, ont affirmé que seuls quelques dirigeants des partis affiliés au PSE en Europe avaient confirmé leur présence au congrès de Bucarest. Les autres ne souhaitent apparemment pas être reçus par M. Ponta, sous le feu de critiques depuis son arrivée au pouvoir au printemps dernier.

Lorsque la décision d'organiser le congrès à Bucarest a été prise l'année dernière, M. Ponta faisait partie de l'opposition. Avec les élections parlementaires de l'automne, ce congrès aurait dû servir à le propulser sur la scène internationale avant le scrutin.

Mais entre-temps, M. Ponta est arrivé au pouvoir à la suite de Mihai R?zvan Ungureanu et de son gouvernement de centre-droit qui, après deux mois au pouvoir, a perdu un vote de confiance le 27 avril. M. Ponta a alors formé un gouvernement de coalition, l'Union sociale-libérale (USL). Cette coalition rassemble son parti PSD, le Parti national libéral (PNL) de Crin Antonescu est le petit Parti conservateur.

Depuis lors, la Roumanie est secouée par des luttes de pouvoir entre le président de centre-droit, Traian B?sescu, et l'USL qui tente de prendre le contrôle du système judiciaire, de la Cour constitutionnelle et des médias. Le parti a été accusé de mettre à mal l'équilibre des pouvoirs de la démocratie en général.

Critique de l'UE

 « Les événements en Roumanie ont ébranlé la confiance de l'UE », a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso, le 18 juillet dernier.

« Contester les décisions juridiques, porter atteinte à la Cour constitutionnelle, renverser les procédures établies et menacer l'équilibre des pouvoirs sont des démarches qui nous poussent à remettre en cause l'engagement du gouvernement envers l’État de droit », a déclaré M. Barroso.

M. Barroso a rencontré M. Ponta pour lui présenter une liste de 11 points à mettre en oeuvre pour restaurer le statu quo suite à ce que ses détracteurs ont considéré comme un coup d'État pour la destitution du président.

En outre, un scandale sur la thèse doctorale de M. Ponta, accusé de plagiat, est venu ajouter de l'huile sur le feu. Une commission d'État spéciale a d'abord établi que la thèse en question avait été plagiée, mais elle est revenue sur sa décision lorsque le gouvernement a changé les membres du jury.  L'Université de Bucarest a, de son côté, établi qu'il s'agissait bien d’un plagiat.

Hannes Swoboda, le président du groupe PSE au Parlement européen qui a soutenu le gouvernement de M. Ponta a déclaré le 5 juillet : « Nous devons suivre attentivement les développements en Roumanie. En tant que Groupe S&D, notre position est très claire. Pour nous, la seule question qui se pose est de savoir si les lois et valeurs de l’UE sont violées ».

La Commission européenne devrait décider en décembre si ses préoccupations ont donné lieu à des réponses adéquates.

Dans le même temps, M. Ponta a fait une concession majeure en demandant à ses députés de ne pas bloquer la décision de la Cour de restaurer les fonctions du président destitué. M. Antonescu, un allié de M. Ponta qui a assuré la présidence intérimaire, a tenté d'invalider la séance parlementaire en invitant ses députés à la boycotter.

M. B?sescu a aujourd'hui repris ses fonctions, mais la cohabitation pourrait être pour le moins difficile. Aucune date n'a été fixée pour les élections parlementaires, mais la rumeur court qu'elles pourraient se dérouler le 2 décembre.

Sauver l'honneur

Certaines sources au PSE ont déclaré que même si les dirigeants de centre-gauche ne voulaient pas être montrés du doigt chez eux pour être accueillis par un leader aussi controversé que M. Ponta, certains craignent également de l'affaiblir avant les élections.

Si le congrès n’a pas lieu à Bucarest, ce sera un coup dur pour M. Ponta, a déclaré à EURACTIV une source du PSD.

Dans tous les cas, il semblerait qu'une décision de déplacer ce congrès à Bruxelles devrait s'accompagner d'excuses en Roumanie pour sauver l'honneur de M. Ponta, un exercice difficile pour le secrétariat du PSE.

Les dirigeants du PSE ne sont pas joignables pour l'instant, ils participent à un congrès de l'Internationale socialiste en Afrique du Sud.

Le congrès du PSE, qui a lieu deux par période de cinq ans, doit aboutir à l'élection d'un nouveau président. Le seul candidat à ce jour est le président intérimaire, Sergueï Stanichev, ancien premier ministre et leader du Parti socialiste bulgare. L'ancien premier ministre danois Poul Nyrup Rasmussen a été président pendant près de huit ans.

Le prochain dirigeant du PSE sera élu pour une période de deux ans et demi.

Le Parti socialiste européen (PSE) rassemble les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes de l'Union européenne. Il comprend 34 membres de plein droit provenant des 27 États membres de l’UE et la Norvège. Le PSE compte aussi onze membres associés et six membres observateurs.

  • le congrès du PSE : se réunit deux fois par période de cinq ans, décide de l’orientation politique du PSE et élit le président et le(s) vice-président(s)
  • le conseil du PSE : contribue à l'élaboration de la  politique du PSE
  • le président du PSE : dirige et représente le PSE dans ses activités quotidiennes

[plus d'infos]

  • 28-29 sept. 2012 : congrès du Parti socialiste européen

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.