Le M5S et la Ligue réclament des élections dès juillet

Le président italien souhaite la mise en place d'un gouvernement technique jusqu'à la fin de l'année. [Tinxi/Shutterstock]

Après un nouvel échec des consultations, le président italien a proposé la formation d’un gouvernement « neutre ». Une idée aussitôt rejetée par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, qui réclament de nouvelles élections dès juillet.

Aucune majorité n’a pu être constituée après les législatives italiennes du 4 mars. Les contestataires du Mouvement 5 étoiles (M5S) sont devenus la première force parlementaire, mais la coalition emmenée par la Ligue, mouvement d’extrême-droite, et comprenant le parti de Silvio Berlusconi a obtenu davantage de sièges.

Au terme de la troisième série de consultations, le chef de l’État, Sergio Mattarella, a jugé lundi que la formation d’un gouvernement de coalition était impossible et a donc proposé la mise sur pied d’une équipe « neutre », chargée d’élaborer le budget 2019, notamment pour éviter une hausse automatique de la TVA en cas de creusement du déficit.

Ce gouvernement d’experts démissionnerait en décembre et les législatives auraient lieu au printemps, comme toujours depuis la Seconde Guerre mondiale en Italie.

« Laissons les partis décider de leur plein gré s’ils souhaitent donner les pleins pouvoirs à un gouvernement […], faute de quoi de nouvelles élections devront avoir lieu au mois de juillet ou à l’automne », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée.

« J’appelle les partis politiques à soutenir ce gouvernement intérimaire. S’ils ne le font pas, il supervisera les nouvelles élections et ce sera la première fois dans l’histoire de la République qu’une législature se termine avant même d’avoir commencé », a-t-il poursuivi.

« Pas de temps à perdre »

La Ligue et le M5S, qui ont suffisamment de sièges pour empêcher un gouvernement d’obtenir la confiance du parlement, se sont immédiatement prononcés contre sa proposition.

« Il n’y a pas de temps à perdre. Un gouvernement d’experts n’a pas sa place », dit Matteo Salvini, chef de file de la Ligue, dans un communiqué.

« Pas confiance en un gouvernement ‘neutre’, synonyme de gouvernement de technocrates. Nous voterons en juillet », affirme quant à lui Luigi Di Maio, son homologue du M5S, sur Twitter.

Ce dernier s’est dit prêt à former un gouvernement avec la Ligue, mais exige qu’elle rompe avec Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, que le M5S considère comme un symbole de la corruption et de l’« ancien monde, une condition inacceptable aux yeux Matteo Salvini.

Les deux hommes, qui se sont rencontrés lundi après leur entrevue avec le chef de l’État, ont proposé la date du 8 juillet pour la tenue d’élections anticipées.

Forza Italia préférerait quant à elle que le scrutin anticipé ait lieu à l’automne. « Les élections ne nous effraient pas, mais l’été n’y est pas propice. L’automne est plus indiqué », assure le mouvement dans un communiqué.

D’après l’institut de sondage YouTrend, le scrutin pourrait avoir lieu au plus tôt le 22 juillet.

Quelle que soit la décision des partis, le mandat du gouvernement de Paolo Gentiloni, qui expédie les affaires courantes depuis le scrutin de mars, arrive à expiration, ce qui impose la formation d’une nouvelle équipe, y compris sans majorité parlementaire, a souligné le président.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.