Le parti du Premier ministre tchèque Andrej Babiš prêt à entrer dans l’opposition

Toutefois, M. Babiš a déclaré mardi (12 octobre) que le président tchèque Miloš Zeman avait promis de le nommer pour former le gouvernement, « il l’a dit à plusieurs reprises et il ne tient qu’à moi d’accepter ou non cette nomination », a déclaré M. Babiš. [MARTIN DIVISEK/EPA]

Le parti ANO (Renew) dirigé par le Premier ministre tchèque Andrej Babiš est prêt à entrer dans l’opposition après avoir été battu de justesse aux élections législatives, ont confirmé plusieurs membres dirigeants du parti.

ANO ne veut pas bloquer la passation de pouvoir à un nouveau gouvernement. La coalition conservatrice gagnante SPOLU (Ensemble) avec le parti de centre-gauche Pirates et Maires & Indépendants a déjà signé un protocole de coopération et pourrait détenir une majorité de 108 sièges au parlement qui en compte 200.

Toutefois, M. Babiš a déclaré mardi (12 octobre) que le président tchèque Miloš Zeman avait promis de le nommer pour former le gouvernement, « il l’a dit à plusieurs reprises et il ne tient qu’à moi d’accepter ou non cette nomination », a déclaré M. Babiš.

La situation est encore plus compliquée en raison des graves problèmes de santé du président tchèque. M. Zeman se trouve actuellement dans un hôpital militaire et n’est pas en mesure de commenter la situation. Le porte-parole du président a déclaré que le bureau présidentiel publierait une déclaration mercredi (13 octobre).

Entre-temps, le Sénat tchèque s’inquiète de la capacité de M. Zeman à remplir ses fonctions officielles. Le président du Sénat, Miloš Vystrčil (ODS, ECR), a déclaré qu’il demanderait au bureau présidentiel davantage d’informations sur la santé de M. Zeman.

La semaine prochaine, le comité du Sénat pour la constitution discutera de la situation. D’éminents experts en droit constitutionnel suggèrent que le Parlement tchèque pourrait activer l’article 66 de la Constitution et voter une résolution déclarant que le président ne peut pas exercer ses fonctions.

La République tchèque devient conservatrice avec la défaite d'Andrej Babiš aux élections

Les Tchèques ont voté pour un changement majeur en faveur des conservateurs, les sociaux-démocrates et le parti communiste n’ayant pas atteint le seuil de 5 % à l’issue des élections de vendredi (8 octobre).

Subscribe to our newsletters

Subscribe