Le Pen envisage un « partenariat » avec Dupont-Aignan en 2019

Marine Le Pen

Le président de Debout la France, qui avait déjà rallié le Front National au second tour de la présidentielle, pourrait récidiver lors des élections européennes de 2019.

La présidente du FN Marine Le Pen a déjeuné récemment avec son allié à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan pour évoquer « un éventuel partenariat » aux élections européennes de 2019, a-t-on appris mardi auprès d’une source proche du parti d’extrême droite.

Mme Le Pen et le président du mouvement Debout la France ont déjeuné « le jour de l’intervention de la dirigeante du FN sur TF1 », le 13 décembre, a dit cette source proche du FN, confirmant en partie une information du Canard enchaîné à paraître mercredi.

L’hebdomadaire satirique évoque ce déjeuner qui aurait porté, selon lui, sur la constitution d’un groupe à l’Assemblée nationale. « Ils ont parlé d’un éventuel partenariat aux européennes. L’idée est de partir unis » à ce scrutin, a ajouté cette source.

Lors de la campagne présidentielle, Mme Le Pen s’était alliée à M. Dupont-Aignan, à qui elle avait proposé le poste de Premier ministre en cas de victoire.

Sur TF1, Mme Le Pen avait affirmé que la refondation en cours de son parti portait notamment sur les « alliances que nous pourrions faire car nous voulons rassembler ».

L'Europe prend un tournant «dangereux» vers l'«ethno-nationalisme»

L’entrée de l’extrême droite dans la nouvelle coalition au pouvoir en Autriche est un tournant « dangereux », a déclaré le Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, mettant en garde contre « l’exploitation de la peur » en Europe.

Le vice-président du Front national chargé des Affaires européennes, Nicolas Bay, avait estimé jeudi qu’il fallait « fédérer autour de nous tous ceux qui croient en la nation » et poursuivre dans la voie engagée à la présidentielle avec le député Nicolas Dupont-Aignan.

Ce dernier estime que Marine Le Pen, le président de LR Laurent Wauquiez, ou l’ex-dirigeant du FN Florian Philippot ne gagneront jamais « seuls », plaidant pour l’union des droites.

Il avait lancé fin novembre le mouvement « Les amoureux de la France » avec Emmanuelle Ménard, députée soutenue par le Front national, Jean-Frédéric Poisson (ancien candidat à la primaire de la droite et du centre, président du Parti chrétien-démocrate) et Nicolas Dhuicq (LR).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.