Le PS adopte une liste de femmes et une d’hommes pour les européennes

Eric Andrieu et Sylvie Guillaume sont les deux eurodéputés sortants qui ressortent en position éligible . Photo PS

Le Parti socialiste s’est finalement décidé sur sa propre liste pour les européennes, ou plutôt pour deux listes : une de femmes et une autre d’hommes. Elles doivent être soumises au vote des militants le 2 avril prochain.

Le parti, qui s’est allié avec Place publique et dont Raphaël Glucksmann sera donc la tête de liste, a choisi deux listes de 20 personnes, une féminine et une masculine. Une présentation des plus étranges, qui a fait frémir les membres des instances nationales du parti, qui ont reçu la liste dans la nuit du 26 au 27 mars. « C’est sexiste, l’intérêt de la parité c’est au sein d’une seule liste, donc on ne fait pas deux listes », s’énerve un militant.

Femmes
1 Sylvie Guillaume
2 Nora Mebarek
3 Pernelle Richardot
4 Karine Gloanec-Maurin
5 Fourough Salami
6 Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy
7 Béatrice Bellay
8 Pascale Bousquet Pitt
9 Gabrielle Siry
10 Cécilia Gondard
11 Charlotte Picard
12 Julie Lesage
13 Myriam El Yassa
14 Athénais Kouaidri
15 Mireille Murawski
16 Nathalie De Oliveira
17 Maryline Chatelon
18 Béatrice Hakni Robin
19 Elisabeth Humbert-Dorfmüller
20 Chantal Jeoffroy

Hommes
1 Eric Andrieu
2 Christophe Clergeau
3 Jean-Marc Germain
4 Roger Vicot
5 Vincent Le Meaux
6 Philippe Naillet
7 Laurent Baumel
8 Hussein Bourgi
9 François Kalfon
10 Arnaud Hadrys
11 Rémi Cardon
12 Mickaël Vincent
13 Eric Sargiacomo
14 Christophe Fouillère
15 Flavien Cartier
16 François Chemin
17 Cyril Fonrose
18 Fabrice De Comarmond
19 Aleksander Glogowski
20 Frédéric Engelmann

En l’état actuel des choses seules les deux premiers sur ces nouvelles listes sont en position éligibles : Sylvie Guillaume et Eric Andrieu, deux eurodéputés sortants, en deuxième et troisième position, puisque les deux postes suivant devraient être pris par des partenaires pour la liste d’union avec Place publique.

Allégeances à des sous sensibilités très anciennes ?

Christine Revault d’Allones, présidente de la délégation des eurodéputés au Parlement européen, a fait part de sa démission de son poste de présidente. Renvoyée à la 6ième place sur la liste « femmes », elle n’est pas en position éligible.

« Il semble que la promesse du congrès de ne plus prendre en compte les très anciennes allégeances aux très anciennes sous sensibilités n’a pas été tenue, pas plus celles de prendre en compte l’investissement et le travail » a-t-elle dénoncé.

Le jeu des alliances devrait aussi entraîner d’autres invités sur la liste d’union présentée avec Place publique, comme Pierre Larrouturou, militant de la finance verte, ou de l’économiste Aurore Lalucq, qui a quitté Génération.s pour rejoindre le PS, sachant que Claire Nouvian de Place publique ne souhaite pas être en position éligible.

Et en cas de ralliement in extremis de la liste de Generation.s, il faudra aussi faire de la place à Benoit Hamon et consorts.

Comme la liste LREM, la liste socialiste semble vouée à l’éclectisme. «  C’est le sort des listes d’union  », estime, philosophe, un membre du parti.

LREM lance une liste éclectique pour les Européennes

La liste Renaissance pour les élections européennes lancée le 26 mars ressemble à une liste à la Prévert de profils inattendus. Avec l’attachement à l’Europe comme dénominateur commun.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.