Les alliances de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron en tête des sondages

Selon les derniers sondages, la Nouvelle Union Populaire écologique et sociale (NUPES) obtiendrait entre 27 % et 31 % des voix au premier tour. La NUPES est composée de différents partis de gauche, de centre gauche et d’écologistes. Elle comprend, entre autres, La France Insoumise (LFI) de M. Mélenchon, le Parti socialiste et les Verts. [EPA-EFE/Michel Euler]

Après les élections présidentielles du mois dernier, les électeurs français vont élire la nouvelle Assemblée nationale dans trois semaines. Ils choisiront 577 députés pour cinq ans au terme d’élections locales, uninominales et à deux tours.

Si aucun candidat n’obtient la majorité au premier tour, le 12 juin, les deux candidats qui obtiennent le plus de voix se qualifient pour un second tour qui se tiendra le 19 juin. Les candidats qui ont réuni l’équivalent de 12,5 % des inscrits – et non pas des votants – pourront aussi se maintenir au second tour, provoquant ainsi des élections triangulaires ou quadrangulaires, même si cela ne se produit que très rarement.

Selon les derniers sondages, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) — l’alliance électorale formée autour de Jean-Luc Mélenchon — obtiendrait entre 27 % et 31 % des voix au premier tour. La NUPES est composée de différents partis de gauche, de centre gauche et d’écologistes. Elle comprend, entre autres, La France Insoumise (LFI) de M. Mélenchon, le Parti socialiste, les Verts et le Parti communiste français.

Le comportement électoral favorise les partis centristes au second tour, ce qui donne un avantage significatif au président Emmanuel Macron. [Europe Elects]

L’alliance centriste Ensemble (Renew Europe) d’Emmanuel Macron obtient un score compris entre 26 % et 27 %. Si la NUPES remporte effectivement un plus grand nombre d’électeurs au premier tour, elle pourrait faire courir un risque supplémentaire à la majorité parlementaire du président français en raison d’un effet d’entraînement en faveur de la NUPES.

En science politique, l’effet de ralliement est un phénomène selon lequel les électeurs ont tendance à voter davantage pour des candidats perçus comme ayant de meilleures chances de gagner.

Le parti d’extrême droite Rassemblement national (RN, du groupe ID au Parlement européen) de Marine Le Pen recueille entre 20 et 23 % des voix. L’Union de la droite et du centre (UDC), menée par le parti de centre droit Les Républicains (groupe PPE au Parlement européen) et le parti libéral UDI (membre de l’ALDE), se situe autour de 10 %. Le parti d’extrême droite Reconquête (non inscrits au Parlement européen) d’Eric Zemmour se situe entre 5 % et 6 %.

Ces résultats du premier tour ne se traduiront toutefois pas en sièges. Le comportement électoral favorise les partis centristes au second tour, ce qui donne un avantage significatif au président.

La dernière projection d’ELABE concernant les sièges pour le second tour final donne 290 à 330 sièges à l’alliance Ensemble d’Emmanuel Macron, 289 sièges étant nécessaires pour obtenir la majorité absolue.

ELABE estime que l’alliance de centre gauche NUPES obtiendrait entre 160 et 185 sièges, et que le Rassemblement national de Mme Le Pen en obtiendrait quant à lui entre 35 et 65 sièges. L’UDC disposerait pour sa part de 25 à 50 sièges.

[Edité par Davide Basso]

Subscribe to our newsletters

Subscribe