Les Conservateurs en 5e position des intentions de vote

Nigel Farage, lors d'un événement avec le parti d'extrême droite allemand, l'AfD, en 2017. [Foto-berlin.net/Shutterstock]

Les conservateurs de la Première ministre britannique, Theresa May, chutent en cinquième position dans les intentions de vote en vue des élections européennes, tandis que le Parti du Brexit, de Nigel Farage, caracole en tête.

Le Parti du Brexit, créé en avril par l’ancien chef de file de l’UKIP, Nigel Farage, est crédité de 34% des intentions de vote pour ce scrutin, qui, au Royaume-Uni, se tiendra le 23 mai, selon un sondage YouGov que publie lundi The Times.

Il est suivi, loin derrière, par les travaillistes (opposition de centre gauche), qui perd cinq points par rapport au précédent sondage du même institut, à 16%. Ensuite viennent deux formations favorables au maintien dans l’UE, les libéraux-démocrates (centre) et les Verts, respectivement crédités de 15% et de 11%.

Le Brexit, "poison" des élections européennes

Le chef de file du groupe libéral au Parlement européen, Guy Verhofstadt, estime que la décision d’accorder au Royaume-Uni va empoisonner les élections européennes.

Les Conservateurs ne recueilleraient que 10% des suffrages, à en croire cette enquête. Un tel effondrement du vote ajouterait aux pressions s’exerçant sur Theresa May pour qu’elle annonce à quelle date elle entend quitter le pouvoir. Celle-ci s’est déclarée prête à démissionner si le parlement entérinait l’accord de Brexit conclu avec l’UE.

Près de trois ans après le référendum du 23 juin 2016, lors duquel les Britanniques ont voté par 52% en faveur du Brexit et à 48% contre, l’impasse demeure au parlement britannique sur l’accord de Brexit trouvé entre le gouvernement conservateur et l’Union européenne.

« La raison pour laquelle je suis de retour sur le devant de la scène, aujourd’hui, c’est parce que, pour dire les choses, nous avons été trahis par les politiciens de l’establishment », a déclaré Nigel Farage à la station TalkRadio. « Si le Parti du Brexit arrive en tête dans deux semaines, nous devrons avoir une place à la table des négociations au côté du gouvernement, pour faire valoir notre stratégie. »

Le Royaume-Uni devait initialement sortir de l’UE le 29 mars en fin de journée, mais il a obtenu un report au 31 octobre de la date du Brexit. Theresa May, dont l’accord de Brexit a été rejeté par trois fois par le parlement de Westminster, s’est tournée vers le Labour pour tenter d’obtenir son soutien, mais les discussions n’ont toujours pas abouti.

Londres veut conclure les discussions sur le Brexit

La fin des discussions entre le gouvernement britannique et l’opposition travailliste sur le Brexit approche, a annoncé un porte-parole officiel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.