Les élections européennes face au défi des fake news

[@EPA/PATRICK SEEGER]

Pour lutter contre les « fake news » en amont des élections de 2019, le Parlement européen va lancer une campagne d’information  qui « ne sera pas neutre », a prévenu son directeur de la communication, Jaume Duch. Un article de notre partenaire, Euroefe.

« La question des fausses informations est fondamentale, mais n’est pas nouvelle. Les fake news sur des questions européennes existent depuis longtemps. D’ailleurs, le Brexit est le résultat de 30 années de fausses informations », a déclaré Jaume Duch lors d’un déjeuner informel organisé à Madrid par le Forum Nouvelle économie.

« Ce qui est nouveau c’est d’abord leur ampleur et puis le fait que beaucoup de ces fake news sont créées non pas à l’intérieur mais probablement à l’extérieur de l’UE », a-t-il signalé. « C’est un problème dont nous devons nous préoccuper, grandement, avec l’arrivée des élections européennes, car de ce point de vue ce sont des élections très sensibles. »

La première raison de cette fragilité réside dans le fait que les thématiques européennes sont généralement méconnues et « c’est donc très facile de raconter aux gens de fausses informations sur l’Union européenne car en général nous ne sommes pas assez informés là-dessus pour distinguer le vrai du faux », a-t-il expliqué.

La deuxième explication c’est que ces élections « sont techniquement la superposition au même moment de 27 élections nationales et que par conséquent, les fake news arriveront non pas par une seule porte mais par 27 », a-t-il poursuivi.

La Commission a mis en route un plan d’action contre les fausses informations, en collaboration avec le Parlement européen. Ce dernier a même une unité spécialement dédiée à cela. Quant au service européen pour l’action extérieure, il essaye de réduire au maximum « l’implication de puissances extérieures dans la désinformation européenne. »

Contre la prolifération des fake news, l'UE suggère plus de transparence

Le groupe d’experts de la Commission européenne sur les fake news veut que les réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, soient plus transparents sur leurs revenus publicitaires.

Tourner la page de la crise

Jaume Duch a assuré que le Parlement « allait redoubler d’effort pour communiquer en vue des élections de mai prochain, durant lesquelles l’avenir du projet européen sera en jeu ».

Cette campagne d’information « ne sera pas neutre », a annoncé le porte-parole, tout en ajoutant que les initiatives seront décentralisées et qu’il s’agira de combiner des actions de deux types : via les médias et directement dans la rue.

Le défi consiste à « restaurer continuellement la légitimité » de l’Union, surtout auprès des jeunes, qui n’ont connu ni la guerre ni les ruines sur lesquelles l’UE s’est relevée, le tout dans un contexte politique et social de plus en plus participatif.

Jaume Duch est convaincu que l’UE est en train de remonter la pente. « Ce n’était pas évident de sortir de cette crise politique, de grands empires se sont effondrés pour beaucoup moins grave que cela. » Par ailleurs, le Brexit « permet aux gens de voir le coût que cela a de vouloir être en dehors de l’UE ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe