Les élections européennes indiffèrent 4 Français sur 10

Le Parlement européen à Strasbourg. [Shutterstock]

Avant le scrutin du 26 mai, 42 % des Français interrogés par BVA expriment un désintérêt pour ces élections. C’est six points de plus que lors de la précédente enquête menée en mars. Un article de notre partenaire La Tribune.

Les craintes d’une forte abstention se multiplient. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Europe 1 et Orange, 42 % des Français expriment un désintérêt pour ce scrutin contre 36 % au mois de mars et 35 % en février. À l’opposé, 56 % des Français se disent intéressés contre 62 % en février et mars. Il n’y a donc pas eu de regain d’intérêt après le débat organisé par l’audiovisuel public marqué par la cacophonie entre les douze têtes de liste invitées le 4 avril à débattre.

À quelques semaines de l’échéance, l’effritement de l’attrait des électeurs pour le renouvellement du Parlement européen n’annonce pas de bonnes nouvelles. L’institut de sondage estime que la participation pourrait se situer entre 44 % et 50 % sachant qu’il y a une grande part d’incertitude. Si 57 % des personnes interrogées ont exprimé une intention de vote et se disent sûres de leur choix, 32 % ont la volonté d’aller glisser un bulletin dans l’urne, mais peuvent encore changer d’avis. Enfin, 11 % ont exprimé un vote blanc ou nul. Face à cette importante volatilité du corps électoral, il reste moins de deux mois aux forces politiques en présence pour convaincre les électeurs de se rendre aux urnes. Depuis les premières élections européennes, le taux de participation n’a cessé de se dégrader passant de 61 % en 1979 à 42,6 % en 2014.

Un désengagement des jeunes

Dans le détail, 29 % des personnes interrogées se montrent « pas vraiment intéressées » et 13 % se disent « pas du tout intéressées ». À l’inverse, 33 % indiquent qu’ils sont « assez intéressés » et 23 % affirment qu’ils sont « très intéressés ». Sur l’échantillon interrogé par l’organisme de sondages, de fortes disparités apparaissent entre les générations. Chez les 18-34 ans, seuls 46 % se disent indifférents contre 77 % chez les plus de 65 ans. Cet écart de 31 points traduit un véritable fossé à l’égard de cette campagne. Par catégorie socioprofessionnelle, ces élections suscitent de l’intérêt chez une grande majorité de cadres (66 %) et de retraités (74 %). À l’inverse, les employés et les ouvriers auraient tendance à se détourner de cet enjeu (48 %).

Dans le champ politique, les sympathisants de la République en marche sont les plus nombreux en proportion (84 %) à exprimer de l’engouement. Viennent ensuite les partisans du Parti socialiste (69 %) et ceux des Républicains (71 %). À la France insoumise (65 %), chez Europe Ecologie les Verts (64 %) ou au Rassemblement national  (64 %), cet attrait est moins visible. Enfin, par zone géographique, les résultats obtenus par l’institut spécialisé dans les enquêtes d’opinion illustre un écart entre les communes rurales inférieures à 2 000 habitants (52 %) et les zones urbaines comme les villes moyennes (entre 20.000 et 100 000 habitants) ou l’agglomération parisienne (60 %).

La droite gagne du terrain

Sur l’échiquier politique, la droite avance ses pions progressivement. La tête de liste aux européennes pour les Républicains, François Xavier Bellamy remporte 1,5 point d’intentions de vote en avril pour atteindre 13,5 % contre 12 % en mars. C’est la progression la plus importante par rapport au dernier sondage réalisé par BVA. L’ancienne ministre chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau stagne à 24 % pour la liste de la République en marche tout en restant en tête des intentions. Elle est suivie de la liste du Rassemblement national (RN) menée par Jordan Bardella qui atteint 20 %, en recul d’un point. En quatrièmes position arrive la liste de la France Insoumise (LFI) emmenée par Manon Aubry. Elle gagne 0,5 point à 8 %. La liste du Parti socialiste (PS) dirigée Raphaël Glucksmann gagne un peu de terrain (0,5 point) à 5,5 %. Le recul le plus marqué concerne la liste Europe-Ecologie-les-Verts conduite par Yannick Jadot (-1,5 point à 7 %).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.