Les listes nationales confirmées pour les européennes de 2019

Un projet de loi devrait prochainement modifier la loi électorale en ce sens, et préparer l’hypothèse de listes transnationales dont l’aboutissement est peu probable pour l’heure.

Le premier ministre français, Edouard Philippe, a officialisé le changement du mode de scrutin pour les élections européennes de 2019, en en faisant part aux différents partis, dont le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, mercredi matin.

Plutôt que des circonscriptions régionales, une circonscription nationale sera organisée, avec un scrutin toujours organisé à la proportionnelle en un tour. Emmanuel Macron avait consulté l’ensemble des partis politiques il y a deux semaines sur le sujet. Et hormis la droite, la plupart des partis penchait pour ce retour à un scrutin national.

Pourtant sur le fond, l’implantation locale des députés européens a un sens. Le Mouvement Européen avait d’ailleurs défendu les listes régionales dans les colonnes d’Euractiv. Un député européen représentant 700 000 citoyens, son ancrage local est limité, argumentait-il. Mais le faire élire dans une des 13 nouvelles régions redonnerait du sens au cadre local

« Il serait en tous cas paradoxal de prétendre s’engager dans la construction d’une nouvelle Europe sur la base des pratiques de l’Ancien Monde », estimaient Yves Bertoncini et Olivier Mousson.

Élections européennes: attention à la marche arrière !

Pour rapprocher les Français des institutions européennes, abandonnons l’idée d’une liste nationale pour 13 eurocirconscriptions, estiment Yves Bertoncini et Olivier Mousson.

Cet ancrage local est déjà regretté par certains, à l’instar de Jean Arthuis, pourtant proche de La République En Marche.

S’il rebascule vingt ans plus tard vers une seule circonscription nationale aux européennes, le projet de loi doit maintenir la barre existante des 5% des suffrages exprimés pour obtenir au moins un élu, a précisé M. Lagarde. Les partis seraient remboursés de leurs frais de campagne dès lors qu’ils auraient réalisé 3% des voix.

Des listes transnationales possibles, mais peu probables

Autre innovation du futur projet de loi: la possibilité de constituer au niveau européen des listes transnationales, comme le souhaite Emmanuel Macron. Un projet peu crédible pour l’heure puisqu’il nécessite un accord des 27 États membres, et que peu d’entre eux ont montré un enthousiasme débordant pour les listes transnationales.

Isabelle Durant : « sans liste transnationale, les Européens ne sont pas incités à voter »

Le choix du président de la Commission est une procédure « hybride » qui ne motivera pas les citoyens à participer au scrutin européen, selon l’eurodéputée Isabelle Durant. La situation restera la même tant que les listes ne seront pas transnationales, affirme-t-elle.

Le fait de recentraliser l’élection favorisera les partis moins implantés localement comme LREM, mais aussi les extrêmes dont l’influence repose surtout sur une personnalité, comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen. Cette dernière a toutefois indiqué qu’elle ne se représenterait pas, mais que la campagne de 2019 s’organiserait entre « les européens et les européistes ».

L'idée d'un scrutin national pour les Européennes s'impose peu à peu

L’ensemble des familles politiques consultées par l’Élysée semble favorable à des listes nationales pour les élections européennes de 2019, à l’exception de certains élus les Républicains.

 

Réactions

Franck Proust, chef de la délégation LR au Parlement européen, a vivement réagit au retour aux listes nationales.

«Pour des raisons qui tiennent plus à un « tripatouillage électoral » qu’à du bon sens, le Gouvernement éloigne les citoyens, les associations et les entreprises, de ses représentants au Parlement européen.

Et cerise sur le gâteau, le seuil de voix à atteindre pour le remboursement des frais de campagne serait abaissé à 3%, ce qui engendrerait certainement une multiplication des candidatures, et favoriserait ainsi les partis eurosceptiques.

L’Europe prend un coup, mais Les Républicains ne l’abandonneront pas, et c’est avec une véritable « équipe de France » que nous présenterons aux Françaises et aux Français un projet ambitieux, lucide et réformateur, pour bâtir ensemble, l’Union européenne de demain, celle qui agit et qui protège.» a-t-il déclaré dans un communiqué.

Subscribe to our newsletters

Subscribe