L’Europe se prononce d’une seule voix contre Marine Le Pen

Emmanuel Macron, le candidat d'En Marche, est sorti vainqueur du premier tour des élections présidentielles, du 23 avril. [@EPA/THIBAULT VANDERMERSCH]

Le second tour des élections présidentielles verra s’affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Les Européens appellent à l’unisson à faire bloc contre la candidate d’extrême droite.

Le 7 mai prochain, le candidat europhile de cette campagne présidentielle fera face à la candidate la plus eurosceptique. En effet, la finale dans la course à l’Élysée opposera Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche !, et Marine Le Pen, la chef de file du Front national.

Martin Schulz, ancien président du Parlement européen et candidat aux législatives allemandes face à Angela Merkel, a appelé sur Twitter les Français à voter pour que la nationaliste ne devienne pas présidente.

A la Commission européenne, le président Jean-Claude Juncker a félicité le candidat d’En Marche, comme l’a souligné le porte-parole dans un tweet :

 

La chancelière allemande s’est exprimée assez clairement en faveur d’Emmanuel Macron, par le biais de son porte-parole, qui a déclaré que « le succès d’Emmanuel Macron montre que la France et l’Europe peuvent gagner ensemble. Le centre est plus fort que ce que les populistes ne le pensent » dans

Plus qu’un soutien franc et massif pour Emmanuel Macron, les responsables européens veulent faire bloc contre la candidate eurosceptique qui, en cas de victoire, appelle de ses vœux une sortie de l’Union européenne et un retour au franc. Le président du PPE au Parlement européen, Manfred Weber, se félicite du score « plus faible que prévu » de Marine Le Pen.

« Nous sommes déçus par le résultat de Benoît Hamon. Malgré ce résultat, Hamon a été le seul candidat à avoir défendu un programme pro-européen progressiste, avec des propositions innovantes », a regretté Gianni Pittella, le candidat du groupe des socialistes et démocrates européens (S&D), avant d’ajouter : « ce soir, le peuple français s’est exprimé pour le changement. C’est un message clair que l’on ne peut ignorer. Pour le bien de la France et de l’Europe tout entière, il faut désormais unir toutes les forces démocrates au second tour pour faire barrage au Front national ».

Entre Macron et Hamon, les socialistes européens hésitent

Le groupe socialiste du Parlement européen soutient officiellement Benoît Hamon…sauf  sur son programme européen. Un sujet sur lequel Macron marque des points chez la gauche italienne ou britannique.

En Belgique, Charles Michel, le Premier ministre, a félicité Emmanuel Macron, son choix pour « un projet européen optimiste et tourné vers l’avenir ».

Elio Di Rupo, le président du PS belge, appelle tous les Français démocrates à voter contre l’extrême droite de Marine Le Pen. « Il en va de l’avenir de la France et de l’Europe, et donc de notre avenir aussi », a-t-il posté sur Twitter.

Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères, estime que Emmanuel Macron est « le seul candidat réellement pro-européen ».

A l’international, Marine Le Pen a quant à elle reçu les félicitations de Geert Wilders, chef de file du Parti néerlandais pour la Liberté, eurodéputé membre du groupe Europe des Nations et des Libertés, qui affirme que c’est un « jour de fête pour tous les patriotes en Europe ».

A Bruxelles, Macron convainc sans peine

La vision de l‘Europe du candidat du mouvement En Marche convainc le Monsieur Europe du Medef ou encore le think-tank Bruegel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.