Macron, Jupiter ou Mercure?

Emmanuel Macron [European Council]

La composition sociologique de la nouvelle assemblée nationale où LREM domine montre un profond renouvellement avec de nombreux profils venant de l’entreprise, notamment de la nouvelle économie.  Reste à savoir si un tel changement se retrouvera dans la politique concrète qui sera menée. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Quelques chiffres donnent la mesure de la réalité, au moins apparente, du renouvellement de la vie politique qu’illustre le dernier acte de la longue séquence qui nous a occupés depuis un an. Dans l’Assemblée nationale nouvelle élue et qui va siéger cet été, les trois quarts des entrants sont de nouveaux députés (400 sur 577). Cette assemblée compte 224 femmes, un record qui prouve que le combat pour la mixité vaut la peine d’être mené. Sa moyenne d’âge baisse de 5 ans, à 48 ans. Et 46 députés, soit le double de la précédente législature, ont pour caractéristique d’avoir une expérience de dirigeant d’entreprise. Il y a donc bien eu, dans ce printemps électoral, une modernisation, un rajeunissement et un approfondissement de la représentativité du parlement français, avec l’arrivée de candidats certes novices (quoique, beaucoup aussi ont une expérience politique, le plus souvent au PS ou au Modem), mais issus du terrain et de la société civile.

Une Assemblée française plus sensible aux enjeux de la nouvelle économie?

Malgré les échecs de certains des députés les plus actifs sur le numérique sous François Hollande (Axelle Lemaire, Lionel Tardy, Luc Belot, NKM…), le renouvellement générationnel et la présence de davantage d’élus issus de la société civile laissent espérer une Assemblée beaucoup plus en phase avec la révolution numérique. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Nouvel « alliage »

Que peut produire ce nouvel « alliage », pour paraphraser le processus théorisé par Emmanuel Macron pour décrire la nécessaire transition entre le neuf et l’ancien qui caractérise les périodes « révolutionnaires » ? Beaucoup de sceptiques diront : « rien du tout », tout cela n’est que de la communication, hyper maîtrisée, de la part du nouveau centre radical intitulé La République en marche doté d’une majorité très confortable : 308 sièges, ce qui lui permettra de diriger le pays sans avoir à nouer d’alliances, même si l’on sait que le Modem (42 sièges) et une partie de la droite (celle qui soutient Macron) votera les réformes à venir… Enfin sauf accident politique ou divisions au sein de la nouvelle majorité, appelé à soutenir un programme aux flous savamment entretenus.

Dans les faits, pourtant, cela change beaucoup de choses. Avec l’arrivée d’une nouvelle génération politique au pouvoir, à la fois au sein de l’exécutif et au parlement, la France entre dans une nouvelle époque. Elle sera moins ENA et plus Essec ou HEC, plus orientée business et on peut l’espérer plus proche des préoccupations concrètes des gens. Certes, les nouveaux députés ne sont pas rompus au travail parlementaire mais cela s’apprend vite et le principal danger, pour les nouveaux venus du monde de l’entreprise, est plutôt qu’ils ne finissent par s’ennuyer ou se lasser de la lenteur du calendrier législatif.

Distances avec la pollution de la vie médiatique

Cela change tout car le nouveau président de la République est arrivé au pouvoir avec une réelle volonté de transformation et de transgression et que cette volonté devra à un moment ou un autre se traduire dans la loi, ou les lois. Emmanuel Macron a ainsi lui-même présenté sa présidence sous les auspices de Jupiter, le dieu des dieux du Panthéon romain, pour redonner du lustre à la statue élimée du Commandeur de l’Elysée. Et de fait, on voit bien déjà les changements dans la façon dont le chef de l’Etat a pris ses distances avec la pollution de la vie médiatique, imposant une vraie différence avec ses prédécesseurs. Mais pour porter ses réformes, dont le taux élevé d’abstention aux législatives a montré qu’elles ne font pas l’objet d’un large plébiscite populaire, le président aura besoin de relais dans l’opinion. Ce sera le défi de ses ministres et des parlementaires que de défendre les textes à venir, à commencer par les ordonnances sur le marché du travail et la réforme de l’assurance-chômage.

La partie s’annonce ardue alors qu’entrent aussi à l’Assemblée des ténors qui ne manqueront pas de s’opposer à la toute-puissance de la République en marche. Avec Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin à gauche de la gauche et un groupe parlementaire France Insoumise, plus Marine Le Pen et ses 8 élus FN à l’extrême-droite, les séances télévisées des débats à l’Assemblée nationale vont de nouveau faire de l’audience… Et c’est d’ailleurs très sain pour le débat démocratique. Crédité d’une majorité écrasante, La République en marche ne dispose que d’une avance confortable pour permettre au gouvernement de conduire le pays, mais sans étouffer les oppositions.

L'abstention ternit la franche majorité de Macron à l'Assemblée nationale

Le mouvement En Marche a obtenu une large majorité, avec 360 sièges à l’Assemblée Nationale. L’abstention exceptionnelle, qui a atteint 57 % pour ce second tour, ternit la légitimité de la nouvelle chambre parlementaire.

Mercure, dieu du commerce et messager des dieux

Jupitérien à l’Elysée, il faudra donc qu’Emmanuel Macron soit aussi mercurien au parlement et dans sa communication avec l’opinion. Mercure, dieu du commerce et messager des dieux, avec ses sandales ailées, voilà un rôle qui siéra tout aussi bien au président lorsqu’il lui faudra descendre dans l’arène et convaincre. Car Emmanuel Macron est aussi un messager, ou plutôt un passeur entre deux mondes, celui ancien qui tarde à mourir et celui nouveau qui tarde à émerger. Il ne fait pas de doute que la France est à l’aube d’une transition majeure : c’est vrai de son économie qui mute vers les industries du futur, le numérique – Emmanuel Macron veut encourager cette « startup nation »-, avec de nombreuses interrogations à la clef sur l’évolution du travail, mais aussi de sa société qui refuse avec violence les pouvoirs trop verticaux et réclame un nouveau mode de gouvernance, plus collaboratif et participatif.

Il faut désormais rendre des comptes

Pour achever sa révolution, Emmanuel Macron va devoir rénover, comme il l’a promis, les institutions et la démocratie, en donnant des pouvoirs à l’opposition, par exemple le contrôle et l’évaluation du budget et des lois, en rénovant le travail parlementaire pour qu’il devienne plus agile et apprenne que désormais, il faut rendre des comptes. Y compris sur son passé, comme l’ont appris à leurs dépens deux ministres du premier gouvernement : Richard Ferrand sur ses affaires immobilières et Sylvie Goulard sur les affaires du Modem n’ont pas pu se maintenir dans un gouvernement qui promet de « moraliser la vie politique » (ou plus exactement de « restaurer la confiance dans la vie publique »). Emmanuel Macron-Jupiter vient ainsi de vivre sa première mini-crise politique. Compte tenu de l’ampleur du renouvellement souhaité par les Français qui l’on exprimé par un « dégagisme » généralisé, ce n’est sans doute pas la dernière du quinquennat…

Macron perd ses trois ministres les plus europhiles

Les eurodéputés centristes Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez représentaient un ancrage européen, via le groupe politique ALDE. En refusant toute appartenance partisane, l’Elysée donne la priorité aux relations bilatérales.

Subscribe to our newsletters

Subscribe